vendredi 30 septembre 2011

Software : Megakey

MEGAKEY

http://www.megakey.com

Megakey is your access to
- FREE PREMIUM SERVICE
- UNLIMITED MEGA SITES
It comes with a lot of great
features, easy to use
and lightning fast.

Megakey uses almost no
resources on your computer
and is no harm to you at all.
If you don't like Megakey, you
can uninstall it easily and
completely, anytime

DOWNLOAD FREE

Cloud Computing : MassMirror

MassMirror - Free File Hosting and Mirroring

Free File Hosting and File Mirroring
You can upload and share files up to 1 GB in size!
        Massmirror is the free and easy way to share your files with your friends, family, or co-workers. Select a file to upload by clicking the Browse button below. Then optionally enter your email and your recipients email and click upload. That's It! Your file will then be distributed (mirrored) on the web for maximum downloadability. Please note your file download url is private (not listed anywhere) unless you share the link. You may also delete your file at any time.
AboutDMCAPrivacyTOSFAQContactSitesSpreadMM APIMMup

Copyright 2011 MassMirror.com - All Content Copyright Their Respective Owners

Cloud Computing : Hyperwords

logo



Every word becomes a link to the most powerful services on the internet - Google, Wikipedia, translations, conversions and much more.
Try it right now: Select any words on this page then point to the Hyperwords icon which appears and choose a command or watch the demo video:
demo video

Install Hyperwords for free in your favorite Web Browser:
firefox
safari
Firefox
Chrome
Safari

“This tool is so useful you’ll wonder how you ever managed without it.”
BBC World
“Hecky plonk! How did I live without it? It even tweets. Genius.” 
Stephen Fry
“Hyperwords is a great tool.”
CNN
“It's a real productivity enhancer, it's hugely powerful and it's free.”  MacUser
“Until you have tried Hyperwords you won't know what convenience means.” 
Vint Cerf


© The Hyperwords Company 2005-2011, all rights reserved.

Sonny Rollins & Leonard Cohen (Live)


Sonny Rollins & Leonard Cohen (Live) par bbpradi0

www.sonnyrollins.com

www.leonardcohen.com

Voila , voila !!
2 monstres de la musiques réunient ;
Le premier , saxophoniste jazz de légende , et le second , chanteur compositeur poétique d'anthologie .

Que demande le peuple ??
*=*
By DJ DemonAngel
http://bbpiratesradio.over-blog.com

NATACHA ATLAS - Leysh Natarak (Clip)


NATACHA ATLAS - Leysh Natarak par bbpradi0

http://www.myspace.com/natachaatlasofficial

Born in Belgium the daughter of an Egyptian father and an English mother, Natacha Atlas is known worldwide for her fusion of Arabic and North African music with western pop and Electronica. Having moved around the world for most of her life, living in Brussels, Egypt, Greece and England, her experience of different cultures has most certainly influenced her music. After being involved in a number of short-lived projects, she found her way into London-based Transglobal Underground's multi-cultural troupe at the beginning of the 90s. The encounter was to turn into a long-standing, happy association. Many Guest appearances followed and two years later she established herself as a core member of the quartet as lead singer and belly dancer.

DAMON ALBARN - Album Mali Music - Niger (Live)


DAMON ALBARN - Album Mali Music - Niger (Live) par bbpradi0

Damon Albarn & Afel Bocoum & Malian Musicians - Niger, live at Barbican Hall, London, March 2002 .

Performers:
Damon Albarn -- vocals, guitar, piano, melodica
Afel Bocoum -- guitar, vocals
Ko Kan Ko Sata Doumbia -- kamele n'goni, vocals
Mike Smith -- saxophone, keyboards
Diourou Diallo -- flute
Hasseye Saré -- violin
Hamidi Aly Sarré -- vocals
Hama Sankaré -- calabash, vocals
Neba Solo -- balafon, vocals
Tunde Jegede -- kora
Cass Browne -- drums, percussion
Simon Burwell -- keyboards
Simon Katz -- Guitar
Roberto Occhipinti - bass

http://www.imdb.com/name/nm0016332/
Damon Albarn, né le 23 mars 1968 à Whitechapel Hospital, East London. Chanteur, pianiste et souvent compositeur des groupes Blur, Gorillaz et The Good, the Bad and the Queen. Il est aussi le créateur de l'opéra pop Monkey, Journey to the West, inspiré de l'un des mythes fondateurs de la civilisation chinoise, avec Jamie Hewlett.

ALBUM - MALI MUSIC
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mali_music
Mali Music est un album de 2002 reposant sur une coopération de musiciens menés par Damon Albarn comprenant notamment Afel Bocoum,ou Toumani Diabaté. Cet album est également l'objet d'un caméo de la part de Ko Kan Ko Sata.
http://bbpiratesradio.over-blog.com

Thea van Seijen - Baby Boy (Clip)


Thea van Seijen - Baby Boy par bbpradi0

http://www.myspace.com/theavanseijen

Thea van Seijen

Dutch singer who hails from Leeuwarden. She was discovered by a friend of RZA, who was trying to get her number while she was walking by RZA's studio. Thea recently made contributions to the Afro Samurai Soundtrack, and is heavily featured on the Digi Snacks album.

SUSHEELA RAMAN & GETACHEW MEKURIA - Love Trap (Live in Ethiopia)


SUSHEELA RAMAN & GETACHEW MEKURIA - Love Trap... par bbpradi0

SUSHEELA RAMAN & GETACHEW MEKURIA - Love Trap (Live in Ethiopia)(Ethiopian Music Festival 2004)

http://www.susheelaraman.com

Attention cette jeune femme pése son pesant d'or si je puis dire !
Susheela Raman anglaise d'origine indienne nous a offert un dernier album toujours aussi magiquement mystique . Toujours accompagner par ce fabuleux guitariste Sam Mills compagnon dans la vie et sur scène de cette diva a la voix envoutante .
Le nouvel album " 33 1/3 " de Susheela expérimente des reprises de groupes et artistes bien connu tel que : Jimmy Hendrix avec un voodoo chile magnifique ou encore les Rolling Stones .
Bref Susheela ne dénature pas ces musiques et leur redonne un esprit encore plus vivace grace à cette force mystérieuse qui la fait vibrer .
Je vous conseille plus que vivement d'aller voir cette artiste en concert qui à coup sûr vous ravira , j'ai tester et j'ai approuvé !
Merci Susheela that's very great music .
By DJ DemonAngel

http://www.lastfm.fr/music/Getachew+Mekurya

Getachew Mekuria, « Ye saxophon Negus », « le roi du saxophone », dont on peut découvrir la musique sur le volume 14 de la collection Les Ethiopiques .
IL est le maître du ‘shelela’ (une parade guerrière qui devait galvaniser les troupes se préparant au combat…) et a toujours usé de son saxophone de manière expérimentale, mixant les rythmes traditionnels éthiopiens aux sonorités venues d’ailleurs. Il jouera au théâtre de la ville, à Paris le 18 mai 2005 en compagnie de Mahmoud Ahmed…
© Laurent Lafuma

http://bbpiratesradio.over-blog.com

DJ Krush - Candle Chant A Tribute feat BOSS THE MC (Live)



http://www.mmjp.or.jp/sus/krush/

Ce Japonnais là , est la tête de proue du Néo-Rap des années 2000 et avenir . Instrumentaliste via des mixs assistés par ordinateur , collabore avec la scène internationale du Rap Underground , aux lyrics très engagées
Musique abstract hip hop influencée par toute la tradition japonnaise du passé et futuristique , voilà ce qu'est le KRUSH !!!



 MORE INFO :
http://bbpiratesradio.over-blog.com/article-14591826.html

By DJ DemonAngel

À l'abri derrière les grilles (Documentaire)

Réalisation : Corinna Wichmann, Lukas Schmid
Durée : 85min.
Année de réalisation : 2009

D'Afrique du Sud en Inde en passant par les États-Unis, un tour du monde des résidences fermées et protégées pour comprendre ce nouveau modèle de société qui se répand partout. À Johannesburg, le domaine de Dainfern, avec ses 1 215 villas et ses 5 000 habitants, multiplie les dispositifs de sécurité : la clôture est électrifiée à 30 000 volts pour dissuader les intrus... À Bangalore, la capitale indienne de l'informatique, beaucoup d'Indiens expatriés souhaitent à leur retour garder le style de vie qu'ils avaient en Californie ou en Floride ; c'est pour eux qu'a été conçu le lotissement de luxe Palm Meadows......

DIRECT LINK 

Le Dessous des Cartes - Mondes Arabes

Pour http://ddc.arte.tv





Depuis la vague de soulèvements qui traverse de nombreux pays méditerranéens et la péninsule Arabique depuis fin 2010, le « monde arabe » est souvent présenté par les médias comme une unité. Mais est-ce vraiment le cas ? En se dégageant d’une actualité qui ne cesse d’évoluer, le Dessous des Cartes présente la géométrie variable de cet ensemble pas si homogène, en proposant des clés de lectures multiples.

11

Lectures

Le choc des révolutions arabes
Mathieu Guidère Autrement - Collection : frontières
Le 17 décembre 2010, un jeune tunisien désespéré s'immolait par le feu, marquant par ce geste tragique le début des " révolutions arabes ". Tel un tsunami, ces révolutions ont déclenché un raz-de-marée humain, du Golfe à l'Océan. Personne en Occident ne s'attendait à un tel bouleversement, surtout en un temps aussi rapide et pour des régimes aussi solides en apparence. La surprise a donc été à la mesure de la méconnaissance d'un monde vu et jugé suivant des grilles de lecture occidentales. Comment décrypter ces événements exceptionnels, qui chamboulent la donne géopolitique du monde entier ? Dans « Le choc des révolutions arabes », l'auteur explore pour chacun des vingt-deux pays de la Ligue arabe les événements récents, il analyse les rapports de force entre les tribus, les islamistes et les militaires, donnant les clés des dynamiques à l'oeuvre dans chaque pays. Cette vision unique de l'intérieur met en perspective les acteurs d'hier et d'aujourd'hui, qui, du Maroc au Yémen en passant par l'Égypte et la Syrie, seront les arbitres de demain. Mathieu Guidère est professeur d'islamologie à l'Université de Toulouse II. Agrégé d'arabe, ancien directeur de recherche à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et ancien professeur de veille stratégique à l'Université de Genève, il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, dont le dernier est paru aux éditions Autrement : « Les Nouveaux Terroristes », 2010.
Le rendez-vous des civilisations
Youssef Courbage, Emmanuel Todd Seuil - Collection : La république des idées
Le "Choc des civilisations" n'aura pas lieu. C'est au contraire un puissant mouvement de convergence qui se profile à présent à l'échelle planétaire. Le monde musulman n'échappe pas à la règle. Du Maroc à l'Indonésie, de la Bosnie à l'Arabie Saoudite, sa démographie en témoigne : hausse du niveau d'alphabétisation des hommes et des femmes, baisse de la fécondité, érosion de l'endogamie... Des bouleversements qui sont à la fois le signe et le levier d'une mutation en profondeur des structures familiales, des rapports d'autorité, des références idéologiques. Ce processus ne va pas sans générer crispations et résistances. Mais ces réactions sont moins des obstacles à la modernisation que les symptômes de son accélération. Youssef Courbage est démographe à l'Ined. Il a notamment publié « La Syrie au présent » (avec B. Dupret et Z. Ghazzal, Actes Sud, 2007), « Juifs et chrétiens dans l'islam arabe et turc » (avec Ph. Fargues, Fayard, 1992) et « Nouveaux horizons méditerranéens » (PUF, 1999). Emmanuel Todd est historien et anthropologue. Il a notamment publié « Après l'empire » (Gallimard, 2002), « L'Illusion économique » (Gallimard, 1998) et « Le Destin des immigrés » (Seuil, 1994).
L'Egypte au présent - Inventaire d'une société avant révolution
Vincent Battesti , François Ireton Actes Sud - Collection : la bibliothèque arabe
La "révolution du 25 janvier" ébranle un régime despotique qui domine depuis plusieurs décennies l'Egypte et annonce sûrement une nouvelle ère pour tous les peuples de la région. Il n'existait cependant en France aucun ouvrage de référence examinant à la fois les transformations profondes de la société égyptienne et les blocages institutionnels et politiques propres au régime de l'ex-président Moubarak. Pour combler cette lacune, quarante chercheurs et universitaires, qui comptent parmi les meilleurs spécialistes de l'Egypte, se proposent dans la présente somme d'analyser tous les aspects de la vie économique, sociale, politique et culturelle du pays et de tracer des pistes de réflexion permettant d'aborder les derniers événements dans leur véritable contexte, au-delà des préjugés et des clichés. On trouvera ainsi des chapitres substantiels sur : - les tensions démographiques et leur impact sur l'aménagement du territoire et l'environnement ; -  la situation politique et les mécanismes qui permirent le maintien, durant trente ans, du régime de Moubarak ; - les "réformes" économiques néolibérales qui ont contribué, entre autres effets, à l'institutionnalisation de la corruption et à l'exacerbation des inégalités sociales ; - la vie sociale au quotidien (la santé, l'éducation, l'emploi, les modes de consommation, les conditions des femmes et de la jeunesse, la justice) ; - la place de la religion dans la société ; les médias, anciens et nouveaux ; - enfin, la culture dans ses diverses expressions ainsi que la vie et les débats intellectuels. Vincent Battesti, anthropologue, chercheur au CNRS, est aujourd’hui en poste au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris. François Ireton, socioéconomiste, ingénieur au CNRS, est aujourd’hui en poste au SEDET, Université Paris-Diderot.
La révolution tunisienne - Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe
Olivier Piot Editeur : Petits Matins (Les) - Collection: Essais
4 janvier 2011 : décès de Mohamed Bouazizi, le jeune homme qui s’est immolé par le feu à Sidi Bouzid. 14 janvier 2011 : fuite du président Ben Ali, et fin d’un régime autoritaire de 23 ans. Dès le 6 janvier, Olivier Piot, grand reporter, est sur place. Il y restera durant toute la durée des événements. Nous suivons avec lui cette révolution en marche, au fil de ses discussions avec de nombreux témoins, de son émouvante rencontre avec la famille du jeune Bouazizi, des incroyables mouvements de rue, de ses démêlés avec des policiers qui cherchent en vain la carte mémoire de son appareil photo, dissimulée dans son col. Au fil de ce reportage très vivant, nourri d’explications sur les ressorts de la révolte, apparaît une révolution avant tout populaire, née de la colère de marchands et de mineurs contraints à une précarité grandissante. Une colère qui, on le voit actuellement, ne cesse d’essaimer sous des formes différentes dans l’ensemble du monde arabe. Olivier Piot est grand reporter. Il publie régulièrement des reportages dans Le monde diplomatique, Géo, Ulysse, le National Geographic et Le monde.
Anatomie politique de la domination
Béatrice Hibou La Découverte
Qu'est-ce que la domination ? Comment s'exerce-t-elle ? Par quels mécanismes se reproduit-elle ? Quels sont les critères et les pratiques qui permettent aux pouvoirs de se légitimer ? Quelle part de consentement, voire de désir d'Etat, est nécessaire à son exercice ? De quelles manières y participons-nous ?... En relisant Marx, Weber, Gramsci ou, plus près de nous, Bourdieu ou Foucault, Béatrice Hibou s'affronte à son tour à l'une des questions centrales de la théorie politique et sociale, celle de l'exercice de la domination d'Etat. Dans cet ouvrage, l'auteure renouvelle cette problématique avec une approche alliant comparatisme, analyse du quotidien et économie politique. Elle met en évidence les dispositions, les compréhensions et les pratiques qui rendent la domination concevable, supportable, voire acceptable ou rassurante. Celle-ci apparaît d'autant plus insidieuse et indolore qu'elle renvoie souvent à la question du désir d'Etat. Pour mener à bien cette démonstration, Béatrice Hibou s'appuie sur une analyse de situations autoritaires ou totalitaires - en particulier sur la reprise des cas paradigmatiques du fascisme, du national-socialisme et du socialisme soviétique - qui nous permet aussi de saisir ce qu'est la domination dans le cadre démocratique actuel. Ce faisant, elle nous fournit les instruments nécessaires à l'élaboration d'une critique renouvelée des dérives du politique dans la cité contemporaine. Béatrice Hibou est directrice de recherches au CNRS (rattachée au Centre d'études et de recherches internationales - Sciences Po). Ses recherches sont consacrées à l'économie politique des réformes et de la domination en Afrique subsaharienne, au Maghreb et en Europe du Sud. Elle est l'auteure de plusieurs livres dont, à La Découverte, « La Force de l'obéissance ». « Economie politique de la répression en Tunisie » (2006), paru aussi en anglais chez Polity Press.

Agenda

23e Festival International du photojournalisme
Perpignan Du 27 août au 16 septembre 2011
- Au programme de cette édition 2011 : L’actualité de l’année sur tous les continents : guerres, crises, politique, insolite, sport, culture, science… Mais rien, ou presque, sur les mariages princiers. Tunisie, Égypte, Syrie, Libye, Algérie, Yémen, Bahreïn… Soulèvements populaires et révolutions. Haïti, année électorale. Afghanistan, Irak, la guerre toujours. Il y a 10 ans, les attentats du 11 septembre aux États-Unis. Côte d’Ivoire, duel de Présidents sur fond de guerre civile. Grèce, la voix de la rue. Inde, industrialisation et exploitation minière. Exploration volcanique et sous-marine. Bangladesh, Népal, Pakistan, Mali, Ceuta et Melilla, Chine… Et puis le Japon… 25 ans après Tchernobyl, une catastrophe sans précédent. - L'éducation Pour l'Association Visa pour I'Image, l'éducation est un élément clé. L'an dernier, ce sont quelque 8 000 élèves ( étudiants, collégiens, lycéens ) venus de toute la France, mais aussi d'Espagne, qui ont visité les expositions commentées par des acteurs du monde de la photo. Cette année, une collaboration avec le CLEMI permet d'inviter les écoliers, collégiens et lycéens de la région à visiter les expositions, du 12 au 16 septembre. Ces visites seront animées par des professionnels de la photo, de la presse et de l'édition : Martina Bacigalupo, Matthias Bruggmann, Peter Dejong, Bertrand Gaudillère et Pierre Terdjman. La participation des établissements scolaires confirme l'ambition du festival Visa pour l'Image de devenir un outil pédagogique afin d'enseigner comment appréhender et déchiffrer les médias. Le CLEMI est un établissement du Ministère de l'Education nationale. Il a été créé en 1983, avec la mission « de promouvoir, notamment par des actions de formation, l'utilisation pluraliste des moyens d'information dans l'enseignement, afin de favoriser une meilleure compréhension par les élèves du monde qui les entoure, tout en développant leur sens critique. - Une trentaine d’expositions est prévue Parmi les Expositions : Martina Bacigalupo / Agence VU Prix Canon de la Femme Photojournaliste décerné par l’Association des Femmes Journalistes en 2010 et soutenu par Le Figaro Magazine. Je m’appelle Filda Adoch Entre l’armée ougandaise et l’Armée de résistance du Seigneur (la LRA), une guerre fait rage depuis plus de vingt ans, qualifiée de « pire crise humanitaire oubliée au monde ». Aujourd’hui, la Cour pénale internationale a été saisie pour enquêter sur les massacres de civils par la LRA. Je m’appelle Filda Adoch raconte la vie quotidienne d’une femme du district de Gulu et montre les souffrances du peuple du nord de l’Ouganda. C’est aussi l’histoire d’une résistance silencieuse et admirable. Jocelyn Bain Hogg / VII Network The Family Ce voyage en images de trois ans a démarré à la suite d’un sujet réalisé en 2008 sur le problème des crimes à l’arme blanche et à l’arme à feu commis au sein de la jeunesse britannique. Fort de sa connaissance de la pègre, qu’il a photographiée en 2001 pour The Firm, Jocelyn a décidé de s’intéresser à nouveau à ceux qui fournissent armes et drogue aux cités du Royaume-Uni. Joe Pyle senior et les jumeaux Kray, parrains « à l’ancienne », sont morts depuis. En 2008, il a trouvé des criminels britanniques divisés, peu ou mal organisés, sans véritables chefs, qui peinent à concurrencer leurs rivaux internationaux. Ce sont aujourd’hui les Russes, les Albanais, les Kosovars et les Turcs qui dirigent la pègre du Royaume-Uni, mais les « roués » et autres malfrats autochtones affichent toujours les signes de leur héritage. Jonas Bendiksen / Magnum Photos pour National Geographic Bangladesh Contre vents et marées. Le Bangladesh compte parmi les nations les plus vulnérables face au changement climatique. Une grande partie de ce pays très plat se situe à moins de cinq mètres au-dessus du niveau de la mer. La pauvreté et la forte densité de population ne font qu’assombrir ce triste tableau. Si la bataille semble perdue d’avance, c’est compter sans la résilience et la créativité des Bangladais. Jonas Bendiksen examine les effets du changement climatique et les efforts de tout un peuple pour repousser la montée des marées. Valerio Bispuri Encerrados Voyage dans les prisons d’Amérique du Sud. En l’espace d’une décennie, Valerio Bispuri a sillonné l’ensemble du continent sud-américain. Des 74 établissements pénitentiaires dans lesquels il s’est rendu, il nous décrit les difficultés, la violence, la surpopulation, mais aussi la vie de tous les jours et le moral des détenus. Encerrados, véritable plongée dans l’univers carcéral et portrait de tout un continent. Chien-Chi Chang / Magnum Photos pour National Geographic Birmanie : au pays des ombres. En un demi-siècle, la Birmanie est passée du rang du pays le plus riche de l’Asie du Sud-Est à celui du plus pauvre, qu’elle occupe aujourd’hui ; c’est aussi devenu une des nations les plus isolées au monde. Les militaires au pouvoir tentent à présent de séduire les touristes et les investisseurs étrangers en ne leur montrant que les beaux temples et les sites pittoresques de ce pays profondément bouddhiste. Mais derrière la façade culturelle, le régime répressif qui a maintenu la prix Nobel et leader politique Aung San Suu Kyi en résidence surveillée pendant quinze ans monte la garde. Lorsque Chien-Chi Chang se faisait passer pour un touriste afin de prendre ces photos, il ne savait jamais qui était en train de le surveiller. Big Brother a de nombreux petits frères. Fernando Moleres / Panos / laif L’incarcération des jeunes en Afrique. En Afrique, des milliers d’enfants abandonnés à leur sort finissent en prison. Ils y vivent aux côtés de détenus adultes dans des conditions telles, que leur survie n’est pas toujours assurée. Surpopulation, violence, harcèlement sexuel, promiscuité, manque d’hygiène, maladies infectieuses et manque de soins : c’est là leur quotidien. La plupart des pays africains ont ratifié la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant de 1990, qui établit notamment les règles et conditions d’incarcération des jeunes de moins de 18 ans. Peter Dench Angleterre version non censurée : dix ans de photographie L’Angleterre n’a jamais été synonyme de glamour. Accoutrements grotesques, malbouffe et manque de savoir-vivre : aujourd’hui encore, beaucoup d’Anglais s’obstinent à se rendre ridicules. Angleterre version non censurée nous emmène dans un voyage convivial et humoristique à travers cette nation-trublion qu’est l’Angleterre du XXIe siècle. Loin des clichés de cartes postales, Peter Dench dresse un portrait détaillé et sans complaisance de ses compatriotes. Lu Nan / Magnum Photos Les oubliés État des services de psychiatrie chinois L’exposition dépeint la situation des patients psychiatriques en Chine, qu’ils vivent à l’hôpital, chez eux ou dans la rue. En 1989 et 1990, Lu Nan a parcouru dix provinces et rencontré 14 000 malades mentaux dans 38 hôpitaux. Il a rendu visite à plus d’une centaine de patients psychiatriques chez eux, et il a également été en contact avec des malades sans abri. Un travail réellement exceptionnel. Shaul Schwarz / Reportage by Getty Images La culture narco « Qu’on se le dise, les héros d’aujourd’hui, ce ne sont pas les avocats ou les politiciens, ce sont ceux qui font circuler l’argent », explique Joel Vasquez, imprésario de musique narco, devant un club Narcocorrido de Los Angeles. « Le marché n’a jamais été aussi porteur. Nous pourrions avoir le même succès que le mouvement hip-hop à son époque. » Derrière les sombres statistiques du trafic de drogue que l’on ressasse ad nauseam, se cache une réalité sociale bien plus vaste, dont on parle peu alors qu’elle concerne des millions de Mexicains et Latino-Américains. Pour beaucoup ici, les narcos représentent l’unique modèle de réussite et de succès. De l’appât du gain, de la drogue et de la violence est née une nouvelle culture : la culture narco. Riccardo Venturi / Contrasto / Réa L’après-Haïti 12 janvier 2010. 16h53. La république d’Haïti est frappée de plein fouet par un séisme d’ampleur catastrophique. L’épicentre se situe à seulement 25 kilomètres de la capitale Port-au-Prince. Riccardo Venturi montre ce qu’il peut : la population, la destruction et toute l’horreur de cet évènement. Six mois plus tard, il y retourne et découvre la ville de Port-au-Prince métamorphosée en camp de réfugiés. En novembre, lors de son troisième voyage en Haïti, Venturi assiste au coup de grâce : l’épidémie de choléra. En mars 2011, l’Organisation mondiale de la santé recense quelque 252 640 personnes infectées et 4 672 décès. Brian Skerry / National Geographic Ocean Soul Ocean Soul est une histoire d’amour. Une histoire de découverte et d’espoir. Avec Ocean Soul, le photographe primé Brian Skerry nous montre un monde fait de beauté et de mystère, un monde menacé mais aussi porteur d’espoir, qui pourra retrouver sa santé pourvu que les soins nécessaires lui soient accordés. Ocean Soul présente une incroyable variété de faune marine baleines géantes, requins, phoques et poissons minuscules et d’habitats, situés dans des récifs de corail aussi bien que sous la banquise. Alvaro Ybarra Zavala / Reportage by Getty Images Colombie, l’éternel déchirement Plus de quarante ans de guerre civile et de violence ont divisé la Colombie et ont coûté bien trop de vies humaines dans ce merveilleux pays. Aujourd’hui, la guerre est dictée par des intérêts stratégiques et économiques qui n’ont plus guère de lien avec les valeurs idéologiques à l’origine de la crise. Le trafic de drogue, l’huile de palme, l’eau, et maintenant le marché de la compensation carbone sont autant de facteurs qui régissent le conflit. La violation des droits humains est devenue monnaie courante. Le nombre de déplacés internes est le plus élevé au monde : plus de trois millions de personnes. Pourtant, officiellement, il n’y a pas de guerre en Colombie." www.livresphotos.com/evenements-de-la-photo/visa-pour-l-image-2011,2329.html - Les prix Des directeurs photos de réputation internationale sélectionnent parmi tous les sujets vus dans l'année (publiés ou non) quatre noms pour le Visa d'or News et quatre noms pour le Visa d'or Magazine. Un deuxième jury se réunit à Perpignan pour désigner les lauréats. Les trophées sont une création des ateliers Arthus-Bertrand. Visa d'or catégorie Magazine : Olivier Jobard / Sipa Press pour Paris Match pour son dossier : Zarzis-Lampedusa, l'odyssée de l'espoir". Visa d'or catégorie News – Lauréat 2011 : Yuri Kozyrev / NOOR pour Time pour "le printemps arabe, les chemins de la révolution". Visa d'or – Presse Quotidienne – Lauréat 2011 : Shiho Fukada pour International Herald Tribune pour :"Tsunami au Japon". Des directeurs photo de magazines internationaux ont élu fin juin le lauréat du Prix du Jeune Reporter de la Ville de Perpignan pour la sixième année consécutive. Ils ont voté pour le jeune photographe Ed Ou / Reportage by Getty Images pour The New York Times, pour son travail sur les enfants soldats en Somalie, exposé dans le cadre de Visa pour l’Image : "Enfants des hommes" . Selon des associations des droits de l'homme somaliennes et des responsables des Nations unies, le gouvernement fédéral de transition somalien, qui dépend de l'aide occidentale pour survivre, envoie des centaines d'enfants sur les lignes de front, pour certains âgés de seulement 9 ans, afin de combattre les insurgés islamistes. Les enfants-soldats sont une réalité partout dans le monde, mais les sources onusiennes soutiennent que le gouvernement somalien fait partie des « contrevenants les plus constants » aux droits de l'enfant, notamment en les envoyant à la guerre, ce qui vaut à la Somalie de figurer sur une liste qui comprend également des groupes rebelles notoires tels que l'Armée de résistance du Seigneur. Ed Ou a passé quelque temps à Mogadiscio … Le travail de Ed Ou est exposé à Visa pour l’Image - Perpignan 2011. www.reportagebygettyimages.com/ed-ou/ Getty Images propose son septième programme de bourses annuel à l’occasion de cette 23e édition du festival l’Image. Initié en 2005, ce programme de bourses vise à donner aux photographes les moyens d’attirer l’attention sur des questions sociales et culturelles d’importance ainsi qu’à soutenir les prochaines étapes de leur œuvre créative. Les 5 récipiendaires sont : Alvaro Ybarra Zavala pour "Colombia : in the Eternity of Sorrow", Joan Bardeletti pour "The Kill (African Gays) Bill", Liz Hingley, pour : "The Jones Family", Walter Astrada pour "Violence Against Women - Norway" et enfin le projet du photographe, co-fondateur de la fondation Noor et meilleur livre de photographie de la célébre "Pictures of the Year International" pour "Black Passport", avec un projet documentaire intitulé : "The E-Waste Trail – China/Pakistan/Nigeria". imagery.gettyimages.com/getty_images_grants/default.aspx?isource=direct-entry_grants Pour la troisième année, FRANCE 24 et RFI organisent le Prix du Webdocumentaire. Il a récompensé, parmi 8 finalistes, « La Zone, une exploration de la zone interdite de Tchernobyl » de Bruno Masi et Guillaume Herbaut produit par David Coujard, Arnaud Colinart et Nicolas Blanc pour Agat Films & Cie - Boris Razon pour lemonde.fr www.lemonde.fr/week-end/visuel/2011/04/22/la-zone-retour-a-tchernobyl_1505079_1477893.html Catalina Martin-Chico est la lauréate 2011 du Visa d'or humanitaire du CICR. Les 10 membres du Jury de la première édition du VISA d'OR HUMANITAIRE du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont décerné, hier, à Paris et à l'unanimité, le prix à la photographe (Agence COSMOS) pour son photo-reportage intitulé « La révolution yéménite ».

Toulouse-Bruxelles : l’axe du mal de Veolia

par Marc Laimé

Veolia, multinationale française leader mondial des services à l’environnement, a construit à Bruxelles à l’orée des années 2000 une gigantesque station d’épuration (STEP), qui épure les eaux usées d’un million cent mille habitants de la capitale belge. Depuis le début du mois de décembre 2009, cette STEP est au centre d’une véritable affaire d’Etat qui enflamme la Belgique. Aquiris, la filiale belge de Veolia qui gère cette station, en a unilatéralement suspendu le fonctionnement une dizaine de jours durant début décembre, avant de se voir enjoindre par la justice de la remettre en route, compte tenu des pollutions gravissimes entraînées par le rejet dans trois fleuves flamands des eaux usées non traitées de l’agglomération bruxelloise. L’affaire est sans précédent, folle, baroque, incompréhensible. La filiale belge de Veolia, Aquiris, soutient que les eaux usées charriées jusqu’à la STEP par le réseau public d’égouts bruxellois y acheminent des tonnes de sables et de gravats qui ne permettent pas à la station de fonctionner correctement. Les médias belges relatent qu’Aquiris serait à vendre depuis six mois. Le nouveau directeur de Veolia Eau a rencontré toutes affaires cessantes, l’avant-veille de Noël, les autorités belges. Veolia vient de mobiliser la plus grande entreprise américaine de relations publiques spécialisée dans la gestion de crise, afin de « gérer » cette affaire. Celle-ci pourrait trouver son origine dans une véritable catastrophe industrielle, qui pourrait demain avoir des échos jusqu’à Milan et Varsovie. Cette terrifiante histoire a en fait débuté dans la banlieue toulousaine à l’orée des années 1990. La Générale des eaux, aujourd’hui Veolia, a cru y découvrir le Graal, une nouvelle technologie de traitement des boues d’épuration : l’oxydation par voie humide. La généalogie de cette « innovation » industrielle constitue un acte d’accusation sans précédent contre les multinationales françaises de l’eau qui prétendent promouvoir sa marchandisation sur toute la planète, en excipant de leur supériorité technologique. L’enquête ci-après nous a occupés plusieurs années. Nous la dédions à nos amis d’Outre-Quiévrain, aujourd’hui victimes de la folle mégalomanie de Veolia.
Plusieurs années avant la tragique explosion de l’usine AZF, Toulouse commençait à vivre un autre feuilleton catastrophe, qui est loin d’être arrivé à son terme : celui de l’agrandissement de la station d’épuration des eaux usées de la ville et de son agglomération. Initié au début des années 1990, le projet « Ginestous 2000 » a très vite tourné au cauchemar. Pour les Toulousains, mais aussi pour la municipalité et la Générale des Eaux, filiale de Veolia qui réalise dans l’agglomération un chiffre d’affaires annuel de près de 100 millions d’euros. Au terme d’un invraisemblable feuilleton qui aura vu les autorités concernées multiplier les impairs en s’affranchissant trop souvent des contraintes légales, des centaines de milliers de Toulousains s’apprêtent désormais à vivre aux côtés de deux incinérateurs géants qui vont être édifiés à trois kilomètres à vol d’oiseau de la place du Capitole, cœur emblématique de la Ville rose. Après les stocks d’ammonium, la dioxine ?

L’épuration à tout prix Retour à la table des matières

L’usine d’épuration de Ginestous, dont la construction débuta en 1954, fut gérée par le service municipal de l’eau de Toulouse jusqu’en 1990, date à laquelle la mairie concède pour trente ans l’exploitation et la gestion des services de production et d’assainissement de l’eau à la Générale. C’est donc il y a près d’un demi-siècle que l’Omnium de traitements et de valorisation (OTV), filiale de la Générale, commença à édifier la station. Les travaux se poursuivront par tranches successives jusqu’en 1989. D’une capacité actuelle de 550 000 « équivalent-habitant » (EqH), l’unité conventionnelle de mesure de la pollution des eaux usées [1], l’usine rejette ensuite les eaux traitées dans la Garonne.
Au début des années 1990, la Générale gère non seulement les eaux usées, et donc les boues d’épuration, de la ville, mais aussi celles de sept autres communes de l’agglomération, déjà raccordées au réseau souterrain des égouts toulousains – communes qui n’avaient d’ailleurs pas eu à signer de contrat avec l’entreprise pour profiter de l’aubaine. Tablant sur le traitement des eaux usées pour asseoir son pouvoir dans l’agglomération, la Générale propose dans la foulée de traiter également les boues de dix-sept autres villes des environs de Toulouse, qui seraient transportées par camion à Ginestous. Et, pour ce faire, de « rénover » la station.
Le projet s’appuie sur des constats auxquels sont confrontées toutes les collectivités depuis une décennie. L’adoption de normes d’assainissement de plus en plus strictes, impulsée par des directives communautaires, incite à prévoir l’augmentation de capacité de la station, de 550 000 à 700 000 EqH. L’élaboration du SDAGE Adour-Garonne [2] implique que des efforts particuliers soient réalisés en Zones d’action prioritaire, les zones voisines de l’agglomération toulousaine déjà fortement polluées par les nitrates d’origine agricole. Il va donc falloir améliorer les performances épuratoires pour traiter les matières azotées présentes dans les eaux usées. La station d’origine ne permettant pas cette « dénitrification », il faut prévoir des investissements complémentaires pour assurer ce traitement. Enfin, quoiqu’à l’époque les risques d’eutrophisation [3] de la Garonne en aval de Toulouse n’aient pas été clairement identifiés, on prévoit déjà de doter la station pour un traitement ultérieur du phosphore. A ce stade, l’addition se chiffre déjà à 54 millions d’euros (augmentation de capacité, nitrification, traitement du phosphore).
Le maire de Toulouse n’hésitera pas à prédire, en novembre 1999 dans le mensuel diffusé par la municipalité, Capitole-Infos, que cette station sera, à terme, « la plus grande de France, voire d’Europe ». Dominique Baudis et la Générale avaient vu grand. Au terme d’un invraisemblable feuilleton, Ginestous 2000 aboutit en fait aujourd’hui à concentrer, à 3 kilomètres du centre-ville, une gigantesque zone de traitements de déchets multiples, avec notamment le projet, depuis 2001, d’y construire deux incinérateurs qui pourraient traiter l’ensemble des boues d’épuration de la Haute-Garonne.
Dès 1995, des travaux d’infrastructure préfigurent le grand chantier à venir. Une digue est édifiée sur la plaine de Ginestous afin de la rendre non-inondable. Une voie d’accès rapide à la zone de la station, le « Fil d’Ariane », est construite. Les associations d’usagers qui combattront à partir de 1997 les projets pharaoniques de Dominique Baudis et de la Générale sourient aujourd’hui de leur naïveté : elles s’étaient déchirées des mois durant dans un conflit à la Clochemerle, qui portait sur les sorties de cette rocade en direction du quartier des Sept Deniers, où est implantée l’usine d’épuration. Fallait-il opter pour des sorties en « demi-boucle » ou des sorties en « trompette » ? Les « demi-boucles » l’emporteront finalement sur les « trompettes ». Au plus grand profit des norias de poids lourds qui transportent les boues d’épuration des communes voisines, auxquels les « demi-boucles » facilitent l’accès à Ginestous, en sortie de la voie rapide...

La roche tarpéienne est proche du Capitole... Retour à la table des matières

C’est l’ex-OTV (aujourd’hui Veolia Water Systems), qui a construit le site à partir de 1954, qui est retenue en 1997 pour mener à bien « l’extension et la mise aux normes » de la station. Elle a été préférée à une filiale de la Lyonnaise des Eaux, éternel challenger de Veolia, et à une troisième entreprise qui n’avait aucune chance face aux deux géants. Le coût de l’offre de Veolia pour construire la quatrième tranche de la station, baptisée « Ginestous 4 », 160 MF hors taxes, était il est vrai inférieur de 11 MF à la proposition de la Lyonnaise.
L’ensemble des travaux sont alors estimés à 273 MF. La commission d’appel d’offres présidée par feu Jean Diebold, adjoint au maire de Toulouse en charge des eaux et de l’assainissement et vice-président de la Communauté d’agglomération, souligne toutefois à l’époque que cette enveloppe globale n’intègre pas les différentes options et variantes qui restent à « optimiser »... Sage précaution. Depuis lors, la facture a plus que doublé. Il a fallu adjoindre successivement à l’épure initiale un « sécheur » de boue, une aire de compostage et finalement deux incinérateurs. Sans compter une future unité de « dénitrification » qui va devenir indispensable pour pouvoir continuer à distribuer de l’eau potable aux Toulousains. Un comble, puisque ce traitement destiné à éliminer les nitrates d’origine agricole qui polluent les nappes phréatiques, très profitable à la Générale, va devenir indispensable à terme, en raison même des solutions techniques d’élimination des boues d’épuration privilégiées par la ville et la Générale. Qui vont, même si elles s’en défendent, transformer peu ou prou Ginestous en « usine à polluer ». Un parfait cercle vicieux.
Du coup, l’addition va grimper en moins de cinq ans à 555 MF. Le tout dans un contexte administratif et juridique calamiteux. Les travaux seront « découpés » en tranches successives qui n’en facilitent évidemment pas la lisibilité. Certains seront même engagés sans avoir obtenu les autorisations nécessaires. Les conclusions d’une première enquête d’utilité publique seront vertement retoquées par les différentes autorités de tutelle concernées. Les riverains engagent une véritable guérilla avec la mairie et la Générale. En fait, l’affaire dérape irrésistiblement, dans un contexte qui ne facilite pas, il est vrai, la tâche des collectivités et des entreprises spécialisées dans l’épuration, aujourd’hui débordées par le flot des boues d’épuration dont elles ne savent plus comment se débarrasser.

Boues d’épuration : la marée grise Retour à la table des matières

Alors que chaque personne rejette en moyenne 200 litres d’eau usées par jour, les stations d’épuration françaises n’éliminaient en 2002 qu’environ 50% de la pollution brute des eaux usées en matières organiques. Rien d’étonnant. En 1999, seules 17 000 communes étaient reliées à une station. Elles concernaient 53,4 millions d’habitants, soit 89% de la population. Le nombre de ces stations est bien passé de 1 500 à 15 000 entre 1970 et 1990, mais c’est encore insuffisant. Car le taux d’élimination de la pollution brute devait atteindre 65% en 2005 pour répondre aux normes européennes. A cette date, toutes les communes de plus de 2 000 habitants devaient être raccordées. Mais ce développement rapide de l’assainissement pose des problèmes qui sont loin d’être résolus.
Ces stations produisent notamment chaque année plus d’un million de tonnes de boues, dont un peu plus de 50% étaient jusqu’ici valorisées comme fertilisant agricole par voie d’épandage. Le reste étant soit incinéré (15 à 20%), soit mis en décharge (30%). Or, l’instauration de normes européennes plus restrictives, comme les réticences croissantes des secteurs de l’agroalimentaire et de la grande distribution à accepter des produits fertilisés par les boues d’épandage, sont en passe de transformer le problème des boues d’épuration en une nouvelle bombe écologique à retardement. Depuis quelques années, les collectivités ne savent en fait plus à quel saint se vouer pour les éliminer. Du coup, les impairs se multiplient.
L’évolution des modalités de traitement des eaux usées a en fait peu à peu abouti à une impasse. Les densités de population et les activités humaines ont rendu nécessaire un traitement centralisé des pollutions. Les collectivités ont donc lourdement investi, et continuent d’investir, dans des réseaux de collecte et des usines de traitement qui permettant de concentrer la pollution en un point et de la traiter plus efficacement. Revers de la médaille : on se retrouve avec des résidus, les boues d’épuration, qui concentrent tous les polluants qu’on a coûteusement réussi à séparer d’une eau qu’on va ensuite rendre, partiellement dépolluée, aux rivières.
Mais comment se débarrasser des boues ? Il n’a plus été possible de les mettre en décharge à partir de 2005, en application d’une Directive européenne. Pour ce qui est de l’épandage, les agriculteurs rejettent de plus en plus massivement ce mode de fertilisation, pressés par la grande distribution, elle-même en butte à la défiance des consommateurs depuis la succession de graves crises alimentaires des années 1990... Reste l’incinération, qui pose d’autres problèmes. Les boues sont très humides, et leur combustion dégage des pollutions supplémentaires, découlant de la combustion des métaux lourds qu’elles contiennent...
Impasse donc, car en continuant à rejeter les boues dans le milieu naturel, on réinjecte la pollution là où on ne souhaiterait pas la voir surgir, et notamment dans les terres agricoles et les eaux de ruissellement. Or les modalités industrielles de la production de boues ne sont pas celles de l’agroalimentaire. Le producteur ne choisit pas ses ingrédients, mais traite ce qu’on lui fournit. Et les analyses du produit final (chargé en métaux lourds, en micro-polluants et en germes pathogènes) ne s’effectuent qu’a posteriori. Du coup, l’effet indirect sur la chaîne alimentaire est possible, et son impact est encore loin d’être bien évalué.
La chaîne de dépollution des eaux usées est encore incomplète. Les collectivités et les opérateurs le savent. D’autres méthodes de traitement des boues sont d’ailleurs expérimentées. Mais leur application à grande échelle entraîneraît un surcoût sensible des factures d’assainissement acquittées par les usagers. Les élus s’inquiètent, temporisent... Coupable attentisme.

Fuite en avant Retour à la table des matières

Les grands travaux toulousains illustreront jusqu’à la caricature la fuite en avant qui caractérise la gestion des ressources en eau en France ; des eaux de plus en plus polluées par les nitrates et les pesticides, sous-produits d’un modèle agricole productiviste. Si les habitants concernés par « Ginestous 2000 » ne nient pas le besoin d’amendement des sols, ils subodorent vite que c’est plutôt le producteur de boues (la Générale qui exploite la station pour la mairie de Toulouse) qui cherche à se débarrasser d’un stock de déchets encombrants en lui donnant « l’apparence d’un produit capable de se substituer aux coûteux engrais utilisés par les exploitants agricoles »...
Alors que la station de Ginestous produisait 6 000 tonnes de boues par an en 1979, vingt ans plus tard, on aurait déjà atteint, officiellement du moins, les 13 500 tonnes, dont 30% (7 500 tonnes) étaient compostées, et 50% à 55% (6 000 tonnes) séchées afin d’être transformées en granulés destinés, comme le compost, à la fertilisation des terres agricoles. A l’horizon 2013, la Générale prévoit que Ginestous devrait en produire 20 000 tonnes par an... Chiffre contesté par les associations d’opposants au projet d’« extension » de la station. Se basant sur les statistiques officielles disponibles, qui évaluent la quantité annuelle de boues produites à 20% de matières sèches par habitant à 95 kilos, elles l’ont multipliée par l’estimation, avancée par la Générale, de quelque 800 000 EqH de pollution produite en 2013 à Toulouse. Ce qui ne donne qu’une estimation de 15 500 tonnes de « matières sèches », produites à partir des boues d’épuration des 800 000 EqH présumés de Toulouse en 2013. Et non de 20 000...

Un feuilleton catastrophe Retour à la table des matières

La Générale va accumuler une impressionnante succession de déboires dès le début des années 1990. Dès la signature du contrat de concession, la technologie de la méthanisation est abandonnée. Jusque-là, trois unités produisaient du biogaz par méthanisation des boues. Une technologie « propre ». Mais guère rentable... On conserve toutefois une partie des ouvrages existants afin d’assurer la « flottation », c’est-à-dire l’épaississement des boues. Du coup, ces fameuses boues ont une forte teneur en éléments fermentiscibles. Elles fermentent donc allègrement, et empestent d’autant. Comment s’en débarrasser ? A priori par voie d’épandage agricole, comme cela a toujours été le cas.
C’est là que l’affaire commence à déraper. A l’époque, la législation n’encadre pas vraiment l’épandage des boues. Faute de plan d’épandage autorisé et d’équipements de séchage (pour la fabrication de granulés dont l’épandage ne provoque pas de nuisances olfactives), ou de compostage en état de marche, la Générale se livre à des épandages « sauvages » de boues pâteuses, qui vont donner une image déplorable de cette pratique. Du coup, les collectivités de la périphérie de Toulouse qui accueillaient ces boues commencent à les refuser. Y compris celles dont les eaux usées étaient traitées à Ginestous. Syndrome « Nimby » : « Not in my backyard »...
On songe alors à trouver d’autres débouchés que les terrains agricoles traditionnels. Mais la Générale devra abandonner dès 1997 un projet sur lequel elle avait beaucoup misé, le programme « Collembole », qui prévoyait d’expédier nos encombrantes boues d’épuration, chargées en métaux lourds (arsenic, cadmium, mercure, plomb, zinc...) dans des forêts d’eucalyptus expérimentales du sud du département. Il est vrai que les « mécanos » de la Générale prendront un peu de haut les élus et les agriculteurs des zones concernées, qui ne tarderont pas à les renvoyer à leurs études.
Face à cette impasse, ils imaginent ensuite de transformer les boues pâteuses et malodorantes en granulés secs destinés à la fertilisation des terres agricoles. Et d’utiliser pour ce faire un « sécheur » de boues, d’un coût de 45 MF, dont la construction sera financée par la ville de Toulouse, l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et la Générale. Sur le papier, tout est OK. Une fois séchées et transformées en granulés, nos boues devraient pouvoir être mieux acceptées. Qu’il s’agisse de leur stockage, de leur transport, ou des nuisances olfactives.
De surcroît, une fois séchées, les boues pourraient aussi, pourquoi pas, être « co-incinérées » dans l’unité d’incinération des ordures ménagères dont la ville s’est déjà dotée, et qui est implantée au Mirail. Au prix d’un nouvel investissement, évalué par l’Agence de l’eau Adour-Garonne à 4 millions d’euros. Là aussi, sur le papier, tout semble OK.
Hélas, à peine est-il inauguré en grande pompe le 6 juin 1997 que notre fameux « sécheur » tombe malencontreusement en panne, le lendemain même d’une conférence de presse au cours de laquelle feu Jean Diebold, l’adjoint chargé des eaux et de l’assainissement de Dominique Baudis, présentait officiellement « Ginestous 2000 » ! La mairie, pas plus que la Générale, ne se montrent très disertes sur les causes du fâcheux incident. Les sociétés CGE-OTV et Swiss-Combi se rejettent d’ailleurs mutuellement la responsabilité de l’incident, ce qui n’aide guère à y voir plus clair. Quoi qu’il en soit, la réparation du sécheur va coûter 3 MF supplémentaires. Du coup, la filière alternative de la co-incinération avec les ordures ménagères ne sera jamais mise en œuvre.

Laxisme réglementaire Retour à la table des matières

La Générale des eaux a joué de malchance à Toulouse. A peine la première enquête d’utilité publique concernant l’extension de la station d’épuration était-elle lancée qu’étaient adoptés un décret le 8 décembre 1997, puis un arrêté le 8 janvier 1998, tous deux relatifs à l’épandage des boues issues du traitement des eaux usées. Or l’article 2 du décret précisait clairement que ces boues « ont le caractère de déchets » au sens d’une loi datant de 1975. Depuis, toute « valorisation » de ces boues doit donc s’accompagner d’un grand luxe de précautions préalables. En clair, il n’est plus possible de les présenter comme d’innocents substituts aux engrais, que l’on va pouvoir épandre sur des terres agricoles.
Du coup, et cela ne va pas arranger ses affaires, la Générale va devoir abandonner son projet initial de les répandre sur des zones situées à la périphérie de Toulouse, ce qui était d’ailleurs violemment contesté par les habitants des zones concernées. Et va devoir explorer des zones moins « sensibles », jusqu’au sud du département, dans le Lauragais, pour espérer pouvoir enfin s’en débarrasser.
Mais, nouvelle impasse, il lui faut désormais établir que les boues transformées en granulés, et toujours vouées à l’épandage sur des terres agricoles, auront reçu des traitements tels qu’elles pourront être considérées comme des « boues hygiénisées », catégorie définie par le décret et l’arrêté précités. Or, toujours selon les pugnaces opposants qui contesteront le projet présenté dans le cadre de la seconde enquête d’utilité publique, après avoir obtenu l’enterrement de la première, « la prétendue absence d’odeur vantée dans la propagande de Vivendi (aujourd’hui Veolia), n’est pas un gage de qualité bactériologique ».
Il est vrai qu’on pouvait s’interroger sur la pertinence et la rigueur des « études techniques » jointes par la Générale au dossier de cette enquête, puisqu’elles avaient été réalisées, non par des laboratoires dépendant d’organismes publics, mais par des organismes privés liés à notre concessionnaire. Ainsi, un grand nombre des terres agricoles qui devaient initialement recevoir les granulés issus du séchage des boues traitées à Ginestous étaient-elles déjà classées en « zones vulnérables aux excès de nitrates », au sens de la Directive européenne du 12 décembre 1995 !
Sans compter que les affirmations de la Générale péchaient aussi sur un autre point. Le projet Ginestous 2000 prévoyait qu’outre les boues d’épuration de la ville, celles de dix-sept communes avoisinantes seraient elles aussi traitées dans la mégastation. Sauf que si la filiale de Vivendi apportait donc des « garanties » (contestées) quant à l’innocuité sanitaire des boues d’origine toulousaine, elle ne s’engageait pas à ce que soient mises en place des procédures d’analyse séparée des boues provenant des dix-sept autres stations d’épuration, qui seraient donc expédiées elles aussi à terme à Ginestous. Or nos fameuses circulaire et décret interdisent le mélange de boues provenant d’installations de traitement distinctes, sauf accord express du préfet, « qui peut autoriser leur regroupement dans des unités d’entreposage ou de traitements communs, lorsque la composition de ces déchets répond aux conditions prévues au chapitre III ». En clair, à condition que les boues provenant d’autres stations soient elles aussi soumises aux traitements et contrôles qui permettent de les faire entrer dans la catégorie des boues « hygiénisées ». Ce qui n’était donc pas le cas dans le projet déposé dans le Générale lors de la seconde enquête d’utilité publique, qui n’apportait de garanties (au demeurant sujettes à caution) sur ce point que pour les boues toulousaines...
Le dossier d’extension de Ginestous fourni par la Générale à l’appui de son projet lors des deux enquêtes d’utilité publique qu’il a suscitées constituait au total un accablant florilège des aberrations environnementales qu’entraîne désormais fréquemment la volonté obstinée d’imposer à toute force des « solutions techniques », lesquelles ne remettent jamais en cause le processus même à l’origine d’une pollution qu’on ne parvient plus à maîtriser.
Exemple ? Ces dossiers doivent comporter des représentations cartographiques au 1/25 000e du périmètre d’étude et des zones aptes à l’épandage des boues. Les cartes présentées étaient vieilles de plusieurs années, et omettaient de nombreuses constructions récentes. Certains relevés cadastraux fournis étaient en fait vieux de vingt ans, et un grand nombre de maisons individuelles construites depuis lors n’y figuraient donc pas !
Ces dossiers doivent aussi comporter « des analyses de sols réalisées sur des points représentatifs des parcelles concernées par l’épandage ». L’une des analyses fournies par la Générale datait de... 1993. Elle était donc antérieure à au moins deux épandages massifs de boues non contrôlées qui étaient intervenus dans l’intervalle. Et ne pouvaient donc valablement constituer un « état-zéro » des sols dans le cadre de l’enquête d’utilité publique ouverte.
On pourrait continuer, presque à l’infini. Et noter par exemple que les stations d’épuration autonomes des dix-sept villes concernées par le projet d’extension, puisque leurs boues seraient traitées à Ginestous dans l’avenir, ont continué dans toute la période à se débarrasser de leurs propres boues sous forme liquide sur des terres agricoles – pratique des plus contestable. Et que rien ne garantit donc que de fâcheux « recouvrements » ne viennent finalement totalement fausser des « études d’impact » déjà sujettes à caution...
Au total, et si l’on cherche « à qui profitera le crime », la réponse est vite trouvée. Les opposants au projet découvriront en effet que la Générale va aussi proposer à la mairie de Toulouse de construire dans les prochaines années, toujours sur le site de Ginestous, une unité de « dénitrification », destinée à perfectionner les traitements qui permettent de distribuer de l’eau potable aux Toulousains. Dès lors la boucle serait bouclée : après avoir contribué à créer un problème, soit la pollution croissante des ressources en eau par la mise en œuvre de techniques d’épuration des eaux usées à l’évidence inadaptées, on présentera ensuite la note à la collectivité, en dépit des critiques aussi virulentes que fondées qui auront été émises des années durant, tant par les populations concernées que par différentes autorités administratives qui ont eu à connaître du dossier.
Reste qu’au terme de quatre années d’instruction administrative du projet, le préfet de la Haute-Garonne délivrait finalement, le 25 juin 2001, un arrêté autorisant « l’extension et la mise aux normes de la station » de Ginestous. Et le Comité de bassin de l’Agence de l’eau Adour-Garonne décidait dans la foulée, en octobre 2001, un mois après l’explosion de l’usine AZF, d’engager les financements des premiers tranches de travaux des incinérateurs.
A l’évidence, le contrôle de légalité exercé par les pouvoirs publics sur ce type de projet est encore loin de se situer à la hauteur des enjeux.

Contestations Retour à la table des matières

Dès l’automne 1997, les opposants à l’extension de Ginestous commencent à se mobiliser fortement. Ils vont se battre pied à pied tout au long du déroulement des deux enquêtes d’utilité publique qui vont se succéder, après que la première se sera vue sèchement retoquée par les administrations de tutelle concernées.
Des usagers créeront par exemple dès le 3 octobre 1997 une association de défense à Saint-Lys, petite ville de la banlieue toulousaine, après qu’un projet d’épandage de boues d’épuration sur les terres agricoles de leur commune leur aura été présenté par un chargé de mission « valorisation agricole des boues » du Conseil général.
L’association « Saint-Lys Terre propre » soulignera d’emblée que la zone de Ginestous est inondable... Comme l’établit sans conteste le dossier de la première enquête d’utilité publique ouverte en 1998. « La zone d’activité nord-ouest où se situe l’usine de dépollution de Ginestous se caractérise par une faible occupation du sol qui s’explique en grande partie par l’inondabilité de la rive droite de la Garonne, et ne correspond pas aux caractéristiques d’un quartier à vocation péri-centrale (à moins de 3 kilomètres du centre ville). » La municipalité objectera que la digue qu’elle a édifiée à Ginestous en 1995 protègera l’usine de toute inondation, en prenant comme référence la crue de 1875. Mais, en près d’un siècle et demi, d’autres digues ont été construites en amont de Ginestous, et le nord de Toulouse s’est urbanisé, ce qui a fortement modifié l’hydrographie toulousaine. Et notre association aura beau jeu de rappeler que des affirmations identiques avaient été avancées quelques années plus tôt pour la centrale nucléaire du Blayais. Qui devra pourtant suspendre son activité pour cause d’inondation lors des tempêtes de l’hiver 1999...

Chiffres en folie Retour à la table des matières

Il y a plus grave. La Générale des eaux va endurer en 1998 les foudres de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, qui subventionne en partie son activité, puis celles du Secrétariat permanent pour la prévention industrielle (SPPI), un organisme qui dépend du ministère de l’environnement. Ils suspectent la Générale d’avoir sérieusement exagéré les chiffres du traitement de la pollution de l’eau collectée à Ginestous. Traitement pour lequel l’entreprise perçoit des redevances acquittées par l’usager, qui transitent par l’Agence de l’eau, avant qu’elle ne les rétrocède pour partie à la Générale. Révélée par un hebdomadaire local, le Satiricon, l’affaire a fait scandale. On comprend vite pourquoi.
Quand les résidus contenus dans les eaux usées parviennent dans l’un des bassins de décantation de Ginestous, les matières organiques solides en suspension sont d’abord retenues par des grilles et des filtres de plus en plus fins. L’eau est ensuite traitée et nettoyée de ses impuretés bactériologiques avant d’être rejetée dans la Garonne. Au fil de traitements complexes, les boues d’épuration, soit les résidus retenus, sont transformés en matière sèche, qui est ensuite valorisée sous forme de granulés destinés à l’agriculture. Chaque habitant relié à la station, à raison de 200 litres d’eaux usées rejetées chaque jour, produit environ 20 kilos de matière sèche par an. Et ce sont ces opérations de transformation qui figurent sur la facture d’eau de l’usager, sous l’appellation de « taxe d’assainissement ». Plus le nombre d’habitants concernés augmente (les industriels sont eux aussi taxés en « équivalents-habitant » à raison de leurs rejets), et plus le volume de pollution traitée par la station doit donc croître.
Or, si l’agglomération toulousaine a régulièrement gagné dix mille habitants par an depuis le début des années 1990, et que l’on peut donc comprendre le souhait de la ville et de son concessionnaire d’accroître la capacité de dépollution de Ginestous, très étrangement, c’est en fait l’inverse qui semble s’être produit depuis 1992. Un document interne de l’Agence de l’eau du bassin Adour-Garonne, intitulé « Note sur le système d’assainissement de la Ville de Toulouse », en date du 5 octobre 1998, soulignait en effet qu’entre 1992 et 1998, « le flux journalier des déchets entrant à la station de Ginestous diminue de 27%. Et les matières en suspension de 32% ». Une décrue contredisant les constats de l’Agence de l’eau, qui ne voit diminuer « ni les pollutions industrielles raccordées, ni celle des volumes d’eaux distribuées. Ces deux paramètres s’avérant relativement stables durant cette période », ajoutaient les auteurs de la note.
Résultat, en six ans, de 1992 à 1998, la baisse constante des déchets traités correspondrait donc à la « disparition » de 160 000 EqH. Alors même que la population de la ville ne cesse d’augmenter... Intriguée – on le serait à moins –, l’Agence de l’eau saisit la CGE. Celle-ci déclare entreprendre « des contrôles sur le réseau, les dispositifs de mesure de débits et de prélèvements, les protocoles analytiques », avant de s’avouer « incapable de donner un début d’explication à cette baisse de charges et de volumes », déplorait l’auteur de la note. Et de souligner que la CGE n’invoque pour toute explication que « la réhabilitation et l’extension du réseau » : un peu court. D’autant plus, soulignait l’Agence en enfonçant le clou dans un courrier adressé ensuite à la mairie de Toulouse – légalement tenue de vérifier les activités de son concessionnaire, la Générale des eaux –, que, « sans doute embarrassée, la CGE ne nous transmet plus depuis mars 1998 un diagnostic satisfaisant et les résultats de son autosurveillance ».
L’affaire fait des remous et remonte le très complexe organigramme du dispositif administratif de la gestion de l’eau en France. Du coup, le Secrétariat permanent pour la prévention industrielle (SPPI) est saisi du dossier. Il va constater à son tour qu’en 1999, Ginestous n’aurait produit que 7 700 tonnes de matières sèches. Cela alors même que l’année précédente, en 1998, la station revendiquait une production de 14 000 tonnes... Autrement dit, la station aurait enregistré une chute brutale de son activité de 50% en une année !
Il est vrai qu’en cette même année 1999 la Générale a du reconnaître qu’elle avait laissé s’écouler dans la Garonne une partie des eaux usées domestiques qu’elle doit théoriquement épurer. Et d’invoquer pour sa défense les difficultés qu’elle rencontrerait à stocker nos encombrantes boues d’épuration, que les agriculteurs refusent de plus en plus massivement d’utiliser comme fertilisant d’épandage. Reste qu’on conçoit mal que ces difficultés puissent justifier cette considérable et brutale « chute de régime ».
L’histoire se corse quand on découvre que les statistiques établies par l’Agence de l’eau, qui analysent notamment le volume d’azote traité (NTK) – un indicateur qui devrait varier avec le volume de pollution – ne décroît pas, ce qui serait logique, mais reste constant de 1992 à 1998... « La CGE [a été] alertée sur ce phénomène dès 1997 », précisait la note de l’Agence. Il faudra en fait attendre la fin de l’année 1998 pour que l’Agence puisse prendre connaissance d’un rapport établi par un expert « indépendant », le cabinet Wolf. Quoique lénifiant – c’est la CGE qui a payé l’étude –, le rapport Wolf soulignait lui aussi ces anomalies, attribuées à des « dysfonctionnements techniques ».

Dépollution à prix d’or Retour à la table des matières

La dispute n’est pas anodine. Ce sont donc 160 000 EqH qui se seraient mystérieusement évaporés. Ou plutôt, la station n’aurait en fait traité qu’une quantité de déchets équivalant à la soustraction de ces 160 000 EqH de son activité globale, évaluée à 550 000 EqH. Et cela, chaque année de 1992 à 1998. Or, c’est cette unité de mesure qui détermine le concours financier apporté à la Générale par l’Agence de l’eau pour sa participation à la maîtrise de la pollution de la Garonne. Le concessionnaire est en effet rétribué par une prime de l’Agence, proportionnelle à la pollution éliminée. La Générale a ainsi perçu en 1996 environ 15,8 MF au titre de la dépollution, auxquels il faut ajouter 3,5 MF au titre de « l’aide au rejet minimum ». Une sorte de bonus pour dépollueur performant.
Dès 1999, l’Agence de l’eau soupçonne en fait la Générale de l’avoir abusée, et d’avoir « enjolivé » ses performances réelles. Si bien que le concessionnaire voit disparaître sa prime, versée au titre de « l’aide au rejet minimum ». Puis l’Agence refait ses comptes. Ces « recalages techniques » font tomber la facture à 8 MF. Ceci sans que l’épisode fasse l’objet d’une quelconque communication de la mairie de Toulouse, qui aurait pourtant pu se targuer d’avoir réduit la facture de l’usager.
Il est vrai que demeure la question de l’éventuel « trop perçu » si, comme tout semble l’attester, la Générale a en fait été rémunérée de 1992 à 1998 sur la base d’une prestation de dépollution surévaluée. Pour les seules années 1996, 1997 et 1998 cette « surfacturation » a été estimée par plusieurs associations d’usagers de l’eau toulousaines à un montant annuel de 7 MF. Si l’on y ajoute les « super-primes » qui auraient elles aussi, par hypothèse, été indûment engrangées durant six ans, l’addition, payée par l’usager, se chiffrerait au bas mot à 50 MF...
Mais on conçoit que tant la Générale que la mairie de Toulouse aient préféré observer un silence prudent sur ces « dysfonctionnements techniques ». Car l’Agence de l’eau ne s’est pas privée de tirer le signal d’alarme : « On peut imaginer la difficulté dans laquelle se trouveraient la ville, l’exploitant... et l’Agence elle-même s’ils devaient argumenter le projet d’extension en admettant leur incapacité à expliquer la perte en réseau de 27% de la charge initiale », s’inquiétait ainsi l’auteur du rapport précité. Avant de préciser le fond de sa pensée : « Cette perte est susceptible de remettre en question les bases du dimensionnement de la station Ginestous 2000, ou du moins l’économie générale de l’opération. » On ne saurait être plus clair. Car l’argument majeur avancé par la Générale pour justifier l’extension du site, et notamment la construction de deux nouveaux incinérateurs, repose sur ces fameux 550 000 EqH (le taux estimé de pollution de la ville de Toulouse), dont 160 000 se sont donc mystérieusement évaporés durant des années. Or, comme les volumes de pollution réels ont été revus à la baisse par l’Agence de l’eau, la capacité de traitement de la station actuelle apparaît satisfaisante.
Fortement embarrassée, la Générale invoque dès lors le spectre de 8 000 EqH supplémentaires par an, qui justifieraient pleinement l’engagement des travaux à l’horizon 2015... Sauf que, comme n’ont pas manqué d’objecter les opposants au projet, on ne constate depuis 1999 aucune progression en ce sens, puisque les volumes traités demeurent stables. Et pour ce qui concerne le traitement des boues, la station, s’étant équipée d’un sécheur à 45 MF et ayant été mise aux normes, satisfait depuis lors amplement aux besoins. L’adjonction de deux nouveaux incinérateurs apparaît bien dès lors comme un luxe superflu – quoique très rémunérateur pour la Générale.

L’été de tous les dangers Retour à la table des matières

Dans le courant de l’été 1999, des quartiers entiers du centre-ville de Toulouse, et notamment celui des Sept Deniers, le plus proche de la station d’épuration, sont empuantis par des effluves provenant de tas de boues entreposées à l’air libre sur la plaine de Ginestous. Plus de 50 000 Toulousains sont concernés. Dès la rentrée, des habitants des Sept Deniers se mobilisent et contactent le Comité de quartier qui organise une réunion. Il est décidé d’élargir la lutte à toutes les personnes et associations concernées. Une semaine plus tard, quatre-vingt riverains contactés de bouche à oreille se réunissent à nouveau et décident de constituer un collectif. Il ne s’écoulera pas quinze jours avant l’établissement d’une pétition, la diffusion de tracts dans les boites aux lettres des habitants, puis l’émission d’un premier communiqué de presse.
Le collectif découvre vite l’origine des nuisances olfactives de l’été précédent. Une défaillance du sécheur de l’usine d’incinération d’ordures ménagères du Mirail (qui aurait du être utilisé après le dysfonctionnement du sécheur construit à Ginestous, le lendemain même de son inauguration officielle) a interdit de brûler les boues au Mirail. Jusqu’à cette date, elles étaient donc transformées en compost, destiné à la fertilisation des terres agricoles. Mais nous avons vu que les collectivités et les agriculteurs qui les recevaient les refusent de plus en plus. Une solution d’urgence est alors mise en place. La SADE, filiale de la Générale qui exploite la station, décide d’entreposer ces boues à ciel ouvert, et de les recouvrir d’écorces de pin, afin d’accélérer le processus de décomposition, et de retenir les odeurs.
En fait, cette plateforme de compostage est construite en toute hâte par la SADE, sans permis de construire, sans en informer les habitants, sans respecter les normes de construction pour éviter la pollution de la nappe phréatique... Elle est située chemin de Candélie, juste en face de la Compostière de la mairie de Toulouse, à 200 mètres de la station d’épuration. Et voisine avec l’aire de concassage exploitée par une entreprise de travaux publics. Des tas de graviers de plus de six mètres la dissimulent donc fort opportunément aux regards.
Comme la couverture d’écorces de pin sous laquelle sont enfouies les boues ne suffit pas à atténuer l’odeur pestilentielle qui s’en dégage, chaque nuit les employés de la SADE les brassent hardiment pour accélérer leur transformation en compost. On va même jusqu’à installer en toute hâte des diffuseurs géants qui crachent en permanence sur la zone des jets de concentré de citronnelle ! Las, rien n’y fait. Et durant plusieurs mois de l’automne 1999, d’épouvantables exhalaisons acides, qui prennent à la gorge, infestent tous les quartiers du nord-ouest de Toulouse. Parfois, vents mauvais aidant, la pestilence gagne le centre-ville, et jusqu’à la commune de Blagnac.

Demande de moratoire Retour à la table des matières

Du coup le collectif d’opposants redouble d’activité. Surtout après la diffusion par la mairie et la Générale d’un bulletin se voulant rassurant, distribué dans les boites aux lettres des riverains. Le collectif organisera une manifestation le 13 mai 2000 sur la place du Capitole. Et interpellera vivement la municipalité : « Pourquoi concentrer sur un site unique le traitement des eaux usées de la quasi-totalité de l’agglomération toulousaine ? (...) Pourquoi les enquêtes publiques ont-elles été morcelées, contrairement aux dispositions prévues par le décret 93-145 et la circulaire Barnier du 27.09.93 ? (...) Pourquoi l’unité de compostage, installation classée, a-t-elle été construite et mise en service avant l’enquête publique et ce, sans permis de construire ? » Et de demander, au nom du principe de précaution, l’adoption d’un moratoire sur le projet. Jean Diebold, l’adjoint au maire en charge de l’eau et de l’assainissement, n’avait en effet apporté aucune réponse convaincante à ces questions lors d’une réunion publique précédemment organisée par le collectif le 22 mars 2000.
Or il apparaît clairement à cette date que l’extension de la station a pour but d’accueillir de nouveaux clients, directement connectés au réseau d’assainissement de la ville ou extérieurs, puisque sa capacité serait portée de 550 000 à 800 000 EqH. En témoignait par exemple un Avis d’appel d’offres pour le transport des lixiviats [4] de Villeneuve-les-Bouloc vers Ginestous, publié dans le quotidien local La Dépêche le 29 décembre 1999.
En l’état, elle recueille déjà des déchets industriels en provenance de dix-sept communes. La ville de Toulouse reconnaît en effet avoir signé près de 1 500 conventions avec des entreprises. Une formalité obligatoire avant tout raccordement d’industriels au réseau, qui fixe en particulier les charges et volumes admissibles sur le réseau, la participation aux frais de fonctionnement et d’investissement. En conformité avec le Contrat d’agglomération passé entre l’Agence de l’eau Adour-Garonne, la ville de Toulouse et son concessionnaire.
La station de Ginestous reçoit donc bien des déchets industriels identifiés en charge et en volume, comme le prévoit cet engagement. Mais le collectif s’insurge contre le fait que s’y ajoutent, dans un flou critiquable, et comme en fait foi le dossier d’enquête d’utilité publique ouverte pour l’extension du site, les boues issues des stations d’épuration de dix-sept communes périphériques de l’agglomération toulousaine, elles aussi chargées de déchets industriels de ces communes.
Le collectif s’élevait enfin contre l’augmentation constante de la facture des usagers de l’eau toulousains, pour sa partie relative au traitement des eaux usées par l’usine de Ginestous. Difficile de nier en effet les incidences des « grands projets » de Dominique Baudis et de la Générale. En 1989 (gestion directe mairie de Toulouse), la part « assainissement » de la facture s’établissait à 3,5600 F/m3. En 1990 (1e année concession CGE), elle grimpait à 4,1948 F/m3. En 1999 (10e année concession CGE), elle avait atteint 5,9635 F/m3. Soit des augmentations en pourcentage de 17,83% dès la 1e année de concession, et 67,51% au terme de la 11e année. En francs constants sur onze ans, avec une inflation de 20%, l’augmentation se chiffrait à 39,59 %. Et à la fin 2003, l’incidence des travaux de Ginestous 2000 serait de 1,50 F/m3, selon les chiffres avancés par la Mairie de Toulouse et la CGE. Soit une nouvelle augmentation de 25,15 %...

Petits arrangements avec la loi Retour à la table des matières

Confronté à la fronde de ses administrés, Dominique Baudis juge la situation suffisamment critique pour adresser à chaque riverain une longue lettre dans laquelle il s’engage à mettre fin à ces nuisances. Les ingénieurs de la Générale s’engagent du coup à rajouter une couverture sur le compost. Le coût de l’opération, qui n’avait pas été prévue dans le devis initial, se chiffre à 10 MF.
Dans sa lettre, Dominique Baudis imputait la responsabilité du retard des travaux d’extension de la station au préfet. Prévue pour 2001, elle était en effet très loin en 2000 de pouvoir être achevée à cette date. Le maire écrira donc que le programme a subi « des retards importants (...) du fait de difficultés de procédure avec les services de I’Etat ». Il omettait de leur préciser que la première version de Ginestous 2000 avait été sèchement retoquée par le Conseil national d’hygiène publique de France (CNHPF), au motif notamment d’un défaut d’enquête publique préalable, carence qui n’en avait pas moins été avalisée par la préfecture qui avait donné son feu vert au commencement des travaux.
Les experts du ministère de la Santé s’interrogeaient en outre, comme les riverains, tant sur le « sur-dimensionnement » de la station que sur son « sous-dimensionnement » qualitatif. En clair, le projet manquait singulièrement de précisions dans sa description du réseau d’assainissement de Toulouse. Et ceci sans compter que l’usine a dans le même temps continué à polluer la Garonne au-delà de l’acceptable. La Générale est donc priée de revoir sa copie, la facture continue à grimper et les boues malodorantes s’accumulent plus que jamais.

La quête du Graal Retour à la table des matières

La défaillance du sécheur en 1997 n’aura pas servi de leçon. Pour tenter de liquider ces maudites boues une bonne fois pour toute, les mécanos de la Générale imaginent finalement de les brûler dans des incinérateurs qu’ils construiraient à Ginestous. Pas d’alternative : la technologie de la méthanisation a été abandonnée dès le début des années 1990. Le sécheur de boues est tombé en panne le lendemain de son inauguration. Le projet de co-incinération avec des ordures ménagères au Mirail est donc lui aussi tombé à l’eau... Et pendant ce temps, la production de boues ne cesse bien sûr de croître !
Les mécanos de la Générale optent donc pour finir pour la construction de deux nouveaux incinérateurs sur le site même de Ginestous. Pas de problème : Veolia est aussi spécialiste de l’incinération. Elle en détient même le monopole en France avec vingt incinérateurs spécifiquement dédiés à l’élimination des boues d’épuration. Coût supplémentaire : 100 MF. Mais les riverains, déjà excédés par les odeurs de l’aire de compostage, grimpent aux rideaux à l’idée de risquer d’endurer les possibles émanations de dioxine produites par ce type d’installation. Certains contestataires accusent même la Générale d’avoir délibérément laissé se propager les effluves du compostage à l’été 1999 pour rendre incontournable la construction des incinérateurs... Sur le fond, l’argumentaire technique de l’opérateur ne convainc guère. Car les riverains ont désormais conscience que, sous couvert de « mise aux normes », c’est en fait à une extension considérable de la station qu’entendent procéder la Générale et la municipalité, jusqu’à en faire l’une des plus grosses stations d’épuration françaises, dont le coût estimé a gaillardement explosé, puisqu’on passera des 273 MF prévus en 1997 à 555 MF, chiffre officiellement annoncé par la mairie de Toulouse en 2001.
Et l’on comprend l’inquiétude des riverains. Deux incinérateurs « dédiés » vont donc être construits, à 3 kilomètres du Capitole. En 1999, selon l’Ademe [5], les stations d’épuration françaises se débarrassaient de leurs boues par enfouissement (30%), épandage (50 à 55%), et incinération (15% à 20% seulement). A Ginestous, selon la Générale des eaux, 13 500 tonnes de boues étaient éliminées en 1999 par voie de compostage (30%), et de séchage à hauteur de 50 à 55%. A l’avenir, grâce à la construction de deux incinérateurs, si le compostage sera toujours utilisé pour 30% des boues, leur séchage ne représenterait plus que 30% du traitement, et l’incinération 40% (chiffres avancés en novembre 1999 par la mairie de Toulouse dans une lettre aux riverains du site).
En fait, c’est l’ensemble des boues produites dans l’agglomération qui ont vocation à être incinérées à l’avenir : celles issues de la plate-forme de compostage, du sécheur, de l’usine d’épuration, comme d’autres boues artisanales et industrielles. Déshydratées de 30%, elles seront d’abord stockées dans un silo, puis acheminées jusqu’au four par un système de conduits. Hormis la phase de mise en route, le dispositif ne consommera pas d’énergie puisque les boues sont auto-combustibles. Chacun des deux fours éliminerait à terme 7 000 tonnes de boues, à une température de 850°C. Ceci pour une capacité totale de traitement (compostage, séchage et incinération) évaluée à 20 000 tonnes annuelles en 2013.
Problème : la technique de l’incinération est de plus en plus violemment contestée. A raison. Les risques sanitaires qu’elle fait peser sur les riverains ont défrayé la chronique depuis l’affaire d’Albertville, dans l’Isère, à l’automne 2001 : les rejets d’une usine d’incinération d’ordures ménagères sont suspectés d’avoir très gravement affecté la santé de milliers de personnes.

Incinération : un traitement à hauts risques Retour à la table des matières

Aujourd’hui environ 20% des boues d’épuration françaises sont éliminées par voie d’incinération. Ces boues sont chargées en métaux lourds, en micro-polluants et en germes pathogènes. Or aucun procédé de combustion n’est parfaitement maîtrisable, surtout si l’on prend en compte le caractère hétérogène de ces déchets et le volume important de boues que doivent traiter ces fours d’incinération.
Cette combustion provoque des réactions incomplètes, où se forment notamment du monoxyde de carbone, toxique. Et des molécules complexes, les HAP (polluants organiques persistants), qui sont cancérigènes. Dont les HAP chlorés, plus connus sous le nom de dioxines et furanes, qui sont des toxiques persistants et « bioaccumulatifs ». Ces dioxines se reforment en fait après leur destruction dans des conditions complexes.
Les métaux comme le fer et l’aluminium sont oxydés et se combinent avec le silice et le calcium pour former la base des cendres et des mâchefers, qui sont les « sous-produits » de l’incinération. Quant aux « métaux lourds », plomb, cadmium, mercure ou zinc, ils vont former des vapeurs ou se fixer sur les composés minéraux : les mâchefers qui s’accumulent à la base du four, et les cendres volantes qui sont entraînées par le flux gazeux de la combustion.
L’incinération produit donc un mélange d’une multitude de composés, sous forme solide ou gazeuse. Il va donc s’agir d’éliminer tant les composés minéraux, pollués par des métaux lourds et des dioxines, que les flux gazeux, eux aussi chargés de polluants. Pour filtrer les poussières, on va utiliser des filtres en tissu. On y recueille des cendres dites « volantes », fortement contaminées par des métaux et des composés organiques. Le lavage de la fumée nécessite de l’eau et un réactif – la plupart du temps de la chaux. On obtient dès lors un nouveau déchet appelé résidu d’épuration des fumées (Refiom). Selon le procédé, on obtient également de l’eau polluée, à renvoyer en station d’épuration. Les évolutions récentes de la réglementation sur les émissions de dioxines et d’oxyde d’azote ajoutent, pour les premières, des systèmes complexes de régulation des températures de gaz, pour les secondes l’incorporation d’un réactif coûteux.
Au total l’incinération produit donc une émission atmosphérique, des mâchefers, des cendres, des Refioms et des rejets liquides. Tous toxiques. La question est de savoir quelle est la quantité admissible de ces rejets. Or, les métaux lourds, et les polluants organiques persistants comme les dioxines, ont la particularité de s’accumuler dans l’environnement et dans les tissus corporels. Quelles que soient les normes en vigueur, la fumée qui s’échappe des incinérateurs, même composée majoritairement de vapeur d’eau et de gaz carbonique, est donc toxique.
De plus, les sous-produits de l’incinération vont aussi devoir être éliminés. C’est dès lors un cycle perpétuel qui se met en place. Le rejet liquide de l’incinération repart à la station d’épuration, qui va à nouveau « piéger » les polluants métalliques dans ses boues. Boues polluées qui, n’étant pas épandables, vont donc revenir à l’incinération...
Les mâchefers vont être expédiés sur une plate-forme de « maturation ». Une simple aire de stockage, où ils vont « prendre l’air » pour refroidir et oxyder les dernières traces de matière organique imbrûlée. Comme il va falloir construire des dalles de béton afin que ces mâchefers ne polluent pas le sous-sol, l’élimination des mâchefers va représenter une fraction notable du coût global de l’incinération. Après avoir été soumis à un « contrôle qualité », ils pourront, selon les mesures de contamination, soit alimenter des décharges, où ils seront « confinés », soit servir de matériau de récupération pour les travaux publics ou le bâtiment. Ce recyclage des mâchefers permet en fait de faire l’économie de leur confinement en décharge surveillée. A ce stade surgit un premier paradoxe : on disperse dans l’environnement des déchets toxiques que l’on a préalablement concentrés dans un incinérateur dans un souci de « sécurité sanitaire »...
Pour ce qui est des cendres et des Refioms, étant fortement contaminés et toxiques, ils deviennent à ce stade des Déchets industriels spéciaux (DIS), dont une loi du 13 juillet 1992 exigeait de réduire la quantité et le caractère nocif. Au total, l’incinération des boues d’épuration aura donc transformé des déchets ménagers ou des déchets industriels banals en DIS. Second paradoxe.
Conséquence inévitable, ces DIS doivent être éliminés. Ne reste donc plus qu’à les confiner en décharge. Mais ces DIS étant extrêmement solubles, les polluants qu’ils contiennent (sels et métaux lourds) vont être immédiatement entraînés dans les jus de décharges (lixiviats), et se retrouveront donc (dans le meilleur des cas...) en station d’épuration, où ils alimenteront à nouveau un cycle perpétuel d’élimination qui ne pourra jamais atteindre ses objectifs.
Ultime parade, leur « solidification ». On va agréger en blocs compacts les cendres et les Refioms, grâce à du ciment et de l’eau additionnée d’adjuvants. Si les déchets deviennent du coup moins solubles, les blocs solidifiés n’en continuent pas moins de rejeter des polluants sur une période plus longue. Et le processus a des failles. Comme le mélange déchet-ciment « prend » rapidement, l’usine doit être située sur un centre d’enfouissement où un camion va déverser le mélange dans des alvéoles. En principe, les contrôles effectués au préalable en laboratoire permettent de repérer l’alvéole qui contiendrait un mauvais « solidifiat ». Reste qu’ensuite, l’exploitant est seul à même de juger de l’opportunité de réintroduire dans le circuit ce bloc par trop polluant, afin de le traiter à nouveau.
Si les mâchefers encombrent vite les décharges (300 grammes pour 1 kilo de déchets), le procédé de solidification puis confinement en décharge de « classe 1 », qui ne produit que 40 à 60 grammes de « solidifiat » pour un kilo, a aussi l’avantage de constituer une rente pour les exploitants privés. Outre un aspect « technologique » séduisant et l’apport de marges supplémentaires, ce processus d’élimination par confinement sur des sites protégés est garant... de la pérennité dudit site. Il provoque en outre moins de nuisances visuelles et olfactives qu’une décharge de classe II ou III, et donc moins d’oppositions.
Au total, l’incinération produit donc un ensemble de déchets toxiques, qui représentent plus d’un tiers du poids des déchets non toxiques qu’on lui confie ! Déchets qui vont ensuite devoir subir d’autres traitements spécifiques, avant de finir par être stockés dans une décharge qui n’apportera jamais de garanties absolues de sécurité. Elle peut en outre générer un transfert de pollution vers des rejets liquides qui devront à nouveau être traités, engageant un véritable cercle vicieux. Sans compter la dispersion de polluants dans l’air qui, même réduits après traitement, n’en demeurent pas moins dangereux. Fait reconnu par une convention internationale sur les polluants persistants (Convention de Stockholm), qui préconise l’adoption de filières de substitution à l’incinération.

Concession perpétuelle ? Retour à la table des matières

Les déboires de la Générale et de la Mairie seront largement évoqués par l’opposition toulousaine lors des élections municipales du printemps 2001, qui verront Philippe Douste-Blazy succéder à Dominique Baudis. Le contrat de concession, valable trente ans, signé en 1990 entre la ville et la Générale prévoit en effet dans son article 51 la mise en régie provisoire du service d’assainissement « en cas de faute grave du concessionnaire ». Mieux, l’article suivant prévoit que « si le concessionnaire n’a pas mis les ouvrages en service dans les conditions du cahier des charges, ou en cas d’interruption totale et prolongée du service, la ville pourra prononcer elle-même la déchéance du concessionnaire ». Du grain à moudre, tant pour l’opposition municipale que pour les différentes associations d’usagers qui se manifestent de plus en plus bruyamment à Toulouse.
Reste que tout cela n’empêchait finalement pas le Comité de bassin de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, présidé depuis vingt ans par l’inamovible Jean-François Poncet, de décider en octobre 2001, un mois après l’explosion de l’usine AZF, l’octroi d’une subvention de 31,5 MF pour « l’extension et la mise aux normes réglementaires de la station d’épuration de Toulouse Ginestous ».
Ancien ministre de Valéry Giscard d’Estaing, sénateur et président du Conseil Général de Lot-et-Garonne, Jean-François Poncet assumait la présidence du « parlement de l’eau » du grand Sud-Ouest depuis plus de vingt ans. Il sera d’ailleurs reconduit à l’unanimité dans ses fonctions pour un mandat supplémentaire de trois ans, le 24 juin 2002. Nouveau mandat qui va lui permettre de continuer à animer la politique de l’eau du bassin Adour-Garonne jusqu’en 2005.
Après quatre années d’instruction administrative du dossier, le préfet de la Haute-Garonne avait en effet finalement délivré le 25 juin 2001 un arrêté autorisant « l’extension et la mise aux normes de la station ».
L’Agence de l’eau précisait que « les contraintes réglementaires imposant le traitement de l’azote contenu dans les eaux usées, la volonté de traiter la pollution carbonée et l’augmentation constante de la population de l’agglomération toulousaine ont imposé ces nouveaux travaux d’un montant de 325 MF ». Ils devaient s’échelonner sur trois ans et l’aide totale de l’Agence atteindrait les 168,5 MF. La décision d’aide (35,3 MF) prise lors de ce Conseil d’administration était donc la première. Par ailleurs, le Conseil avait aussi donné un avis favorable pour financer en 2002 « la construction d’un premier four d’incinération des boues issues de l’épuration (76,2 MF de travaux) et d’un second en 2004 (30,3 MF de travaux), aux taux d’aide qui seront en vigueur à ces moments là ».
La Générale, et sa maison-mère Veolia Environnement, ont en fait peu à peu transformé Ginestous en laboratoire et en vitrine. VE, leader français de l’incinération des boues d’épuration, gère déjà une vingtaine d’unités en France. Comme la filière thermique traditionnelle est de plus en plus contestée, notamment en raison de ses rejets de dioxine, c’est à Seilles, petite ville proche de l’agglomération toulousaine, que le groupe expérimente et développe une nouvelle technologie : l’oxydation par voie humide. Son principe repose sur une oxydation sans flamme à basse température (230°C) et forte pression (30 bars) en présence d’un gaz oxydant (oxygène par exemple), et un temps de séjour de 30 minutes. Procédé compact, il s’applique sur des boues épaissies, et pourrait remplacer l’ensemble de la filière déshydratation-incinération traditionnelle.
On mesure les enjeux. Grâce à l’unité pilote d’oxydation par voie humide édifiée à Seilles, Veolia a déjà raflé à l’orée des années 2000 un énorme marché à Bruxelles, où l’entreprise a construit une nouvelle usine d’épuration, qui devait entrer en service en 2005. Forte de ce succès, VE escomptait construire des usines identiques à Milan et à Varsovie...
Montant de l’addition de la saga de Ginestous pour les Toulousains, qui financent comme tous les Français près de 85% des redevances perçues, via la facture d’eau, par les Agences de l’eau : séchage : 8,8 millions d’euros. Compostage : 3,4 millions d’euros. Co-incinération (qui n’aura finalement jamais été mise en œuvre) : 4 millions d’euros. Incinération : 16 millions d’euros. Soit au total, pour les boues uniquement, et sans compter le fonctionnement, 32 millions d’euros (211 millions de francs).
Alors que les agriculteurs et les collectivités refusent toujours davantage, en raison des risques sanitaires qui y sont liés, l’épandage des boues d’épuration sur les terres agricoles, les Toulousains vont désormais devoir vivre avec deux incinérateurs géants implantés en pleine agglomération. Vous avez dit « développement durable » ? Le plus durable dans l’histoire aura été la ténacité de la Générale et de la mairie. C’est dès le 17 décembre 1992 que le Conseil municipal avait adopté une délibération prévoyant la construction d’un incinérateur à Ginestous...
Il n’apparaît donc pas totalement impossible, au vu de ce qui précède, que l’« accident industriel » qui vient d’affecter la capitale belge trouve sa source, non dans un afflux malencontreux de gravats et de sables, charriés par le réseau public d’égouts de Bruxelles jusqu’à l’orée de la STEP édifiée par Veolia dans la capitale belge, mais bien plutôt dans le fameux process d’« oxydation par voie humide » des boues d’épuration produites par la STEP.
Il est malheureusement des plus probables, dans l’hypothèse où cette hypothèse s’avérerait fondée, que les différentes autorités bruxelloises, concernées qui, dans ce cas de figure, se seraient fait rouler dans la farine "à l’insu de leur plein gré", n’aspirent aucunement à ré-ouvrir la boîte de Pandore.
Ce qui se comprend aisément au vu du contexte très particulier qui aura entouré la signature de ce contrat. Une « histoire belge » qui pourrait toutefois, qui sait, finir par éclairer d’un jour singulier la chronique de ce nouveau désastre imputable aux pratiques, justement controversées, de nos inoxydables chevaliers d’industrie.

Notes

[1] L’équivalent-habitant (EqH) est une unité de mesure de la pollution organique biodégradable représentant celle produite par une personne en un jour.
[2] SDAGE : Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux. La loi sur l’eau de 1992 en a prévu l’établissement par chacune des six Agences de l’eau françaises.
[3] Eutrophisation : évolution d’un milieu aquatique caractérisée par son enrichissement en substances nutritives pour les végétaux (azote, phosphore). Le milieu devenu « eutrophe » peut devenir le siège de prolifération d’algues indésirables avec divers effets secondaires (production de toxines, appauvrissement en oxygène...). L’eutrophisation peut affecter aussi bien les eaux courantes que stagnantes.
[4] Lixiviats : eau ayant percolé à travers des matériaux polluants, notamment ceux d’une décharge ou d’un centre d’enfouissement technique (CET). Les lixiviats de décharge sont constitués des eaux d’infiltration, de ruissellement et de précipitation qui percolent à travers la masse de déchets enfouis se chargeant tant en matières minérales qu’organiques. Ces effluents liquides pollués sont communément appelés « jus de décharge ».
[5] Ademe : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. La politique de maîtrise de l’énergie et de gestion des déchets, largement orchestrée par l’Ademe, a été revue à la baisse par le gouvernement Raffarin. Le projet de loi de Finances 2003, adopté en Conseil des ministres le 25 septembre 2002, témoignait que le budget de l’Agence passerait en effet de 480 millions d’euros en 2002 à 315 en 2003, soit une baisse de 34,5%. Mme Roselyne Bachelot, ministre de l’écologie et du développement durable, avait d’ailleurs annoncé quelques semaines plus tôt à Agen, où se tenaient les Assises nationales des déchets ménagers et assimilés, que les aides à l’investissement que l’Ademe verse aux collectivités locales pour les aider à traiter les déchets ménagers seraient « réorientées », en clair revues à la baisse...
PERMALINK

Libellés

Politique (269) Electro (263) Alternative (256) social (249) Reggae (231) Abstract Hip Hop (226) World (212) corporation (189) Corruption (164) loi (153) Alternative Fusion (144) Trip Hop (138) geopolitique (134) Documentaire (133) Alternative Rock (132) actualité (130) Downtempo (123) Documentary (122) Ambient (120) film (119) Experimental (117) Funk (117) Jazz (117) V.F (113) Live (112) Etats (108) Concert (105) Electro Dub (104) Soul (104) Guerre (101) Folk (90) Blues (88) Music (88) Hip Hop (86) France (85) Internet (82) Electronic (80) Instrumental (76) Dub (74) Pollution (69) Psychedelic (66) Arté (63) crise (62) Propaganda (56) Europe (55) Nouvelles Technologies (55) Nu-Jazz (55) Reportage (54) Rock (53) Rap (51) USA (50) Rap Fusion (49) Reflexion (48) Indie (47) Nu-Soul (46) Abstract Electro (45) Etats-Unis (44) Movie (44) Punk (43) Ska (43) administration US (42) Argent (41) Santé (39) DJ (38) le dessous des cartes (38) Chine (37) DJ DemonAngel (36) drame (36) Economie (35) Renation (35) Surveillance (35) Nucléaire (34) Animation (33) World Music (33) Armement (32) IDM (32) Police (32) 2009 (31) Afrobeat (29) environnement (29) histoire (29) New Jazz (27) Acid jazz (26) TV (26) V.A (26) Armées (25) Petrole (25) Remix (25) VA (24) Afrique (23) Eau (23) Japon (23) Mix (23) Jazz World (22) Mort (22) Nucleaire (22) Thriller (22) rapport (22) Agriculture (21) Banque (21) Energie (21) Lounge (21) Pop (21) censure (21) Conflits (20) French Touch (20) Groove (20) Ragga (20) 2011 (19) Compilation (19) Electro Jazz (19) Japan (19) Revolution (19) Abstract Jazz (18) Breakbeat (18) Dubstep (18) V.O (18) VOSTFR (18) Beatmaker (17) gouvernements (17) Agro Alimentaire (16) Hard Rock (16) Libye (16) OTAN (16) Sécurité (16) ARTE Reportage (15) Drum and Bass (15) Fantastique (15) Piano (15) Russie (15) geographie (15) Canal+ (14) China (14) Dancehall (14) Facebook (14) Inde (14) Info (14) International (14) Medias (14) Post Rock (14) Armes (13) Drum and Bass (13) EP (13) Electro Rock (13) Frontières (13) Repression (13) Carte (12) Glitch (12) Web 2.0 (12) philosophie (12) Abstractelectroclash (11) Alternative Rock Blues (11) Comedie (11) Humour (11) LOBBYS (11) Livres (11) Mali (11) Pauvreté (11) Royaume-Uni (11) Army (10) Fukushima (10) Israël (10) Manipulations (10) Science Fiction (10) Software (10) US (10) fr (10) Afghanistan (9) Bresil (9) Catastrophe (9) Free (9) Games (9) Google (9) O.S.T (9) Pop Folk (9) Rumba (9) Somalie (9) Violence (9) Vocal (9) anticipation (9) commerce (9) enfant (9) secret (9) Allemagne (8) Climat (8) Country (8) Dictature (8) Droit de l'Homme (8) Electro Acoustic (8) FMI (8) Future Jazz (8) Journaliste (8) Nature (8) PC (8) Progressive Rock (8) Reflextion (8) Science (8) Tango (8) Zapping (8) conspiration (8) exploitation (8) multi (8) religion (8) sciences (8) travail (8) Acoustic (7) Afro Jazz (7) Arabic (7) Blues Rock (7) Bolivie (7) Canada (7) DJ Krush (7) DemonAngel (7) ENG (7) Filtrage (7) Flamenco (7) Historique (7) Minimalist (7) Mr. Moods (7) SAV (7) Spoken Word (7) Syrie (7) UE (7) Vietnam (7) election (7) finance (7) manifestations (7) mines (7) policier (7) 2008 (6) ACTA (6) Babylon Burning Radi0.1 Project X (6) Broken Beat (6) CIA (6) Cloud Computing (6) Debat (6) Democratie (6) Disco (6) Download (6) Grande Bretagne (6) Guitar (6) Indigènes (6) Informations (6) Irak (6) Latin Jazz (6) Madagascar (6) Pakistan (6) Pop Rock (6) Radioactif (6) RnB (6) Susheela Raman (6) Turntable (6) Veolia (6) Zenzile (6) changement climatique (6) controle (6) crimes (6) militaires (6) pirates (6) projet (6) terrorisme (6) 2012 (5) Action (5) Africa (5) Afro Cuban (5) Alternative Fusion World (5) Amon Tobin (5) Brain Damage (5) Chillout (5) Chomsky (5) Colombie (5) Colonisation (5) Court Metrage (5) DJ Racy A.J (5) Discrimination (5) Egypte (5) Electro Hip Hop (5) Ethiopiques (5) Film Noir (5) Garage (5) Gaza (5) Gotan Project (5) Grèce (5) Haïti (5) Heavy Trash (5) Immigration (5) Jazz Fusion (5) Latin Music (5) Liberté (5) Lo-Fi (5) Loppsi (5) Mexique (5) Nigeria (5) ONG (5) Palestine (5) Pharmaceutique (5) RDC (5) Salsa (5) Shoegaze (5) Tunisie (5) Turquie (5) agrocarburants (5) big brother (5) cybersécurité (5) hadopi (5) informatique (5) justice (5) podcast (5) trafic (5) traité (5) 2004 (4) 8 bits (4) Accident (4) Agent (4) Algerie (4) Areva (4) Asie (4) Bahreïn (4) Bossa Nova (4) Chili (4) Clinton Fearon (4) Congo (4) Contaminés (4) DEZORDR SESSION (4) Dark Electro (4) Deep House (4) Drone (4) Electro Pop (4) Erik Truffaz (4) Ez3kiel (4) Gaz (4) Honduras (4) Horreur (4) India (4) Iran (4) Italie (4) Moyen Orient (4) Mulatu Astatke (4) O.N.U (4) Perou (4) Platform (4) Popa Chubby (4) Short Film (4) Tchernobyl (4) Various Artists (4) Wikileaks (4) art (4) brevet (4) capitalisme (4) danger (4) esclavage (4) fichage (4) interview (4) maladie (4) menace (4) mondialisation (4) nanotechnologies (4) plastic (4) plastique (4) privatisation (4) réfugiés (4) stratégie (4) 2007 (3) AIEA (3) Apple (3) Arabie Saoudite (3) Asa (3) BBC (3) Bangkok (3) Belleruche (3) Bill Laswell (3) Blundetto (3) Bombes (3) Bonobo (3) Breakcore (3) Cyber-activisme (3) Dday One (3) Dhafer Youssef (3) Doctor L (3) Downbeat (3) Drones (3) Dub Techno (3) Démocratie (3) Elina Duni Quartet (3) Ethnic Music (3) Faim (3) Fight Club (3) Folklore (3) Free jazz (3) Game (3) Glitch Hop (3) Gnawa (3) Gorillaz (3) Groland.con (3) Hiroshima (3) Inégalités (3) Jamika (3) Jazz Fuion (3) Kazakhstan (3) Kenny Burrell (3) Le Peuple de l'herbe (3) Liban (3) Lofofora (3) Maroc (3) Microsoft (3) Moriarty (3) Natacha Atlas (3) Netizen Report (3) Nitin Sawhney (3) OMC (3) OMS (3) Occident (3) Ocean (3) One Shot Not (3) Paris (3) Presse (3) Proche-Orient (3) RFID (3) Riz (3) Rocksteady (3) Romantique (3) Ru Trip Community (3) Sahel (3) Sarkozy (3) Saul Williams (3) Security (3) Sexe (3) Simulation (3) Slam (3) Storage (3) Suhov (3) The Black Keys (3) The Cinematic Orchestra (3) Totalitaire (3) Traditional (3) Trip Pop (3) Twitter (3) Union Européene (3) Urbanisation (3) Video (3) Vivre en enfer (3) Yodelice (3) Zion Train (3) accords (3) cyberespionnage (3) dette (3) ecologie (3) ethnie (3) hack (3) multinationales (3) pesticides (3) piraterie (3) privée (3) public (3) réseau (3) sondage (3) télévision (3) 11/9 (2) 2 (2) 2010 (2) 2030 (2) Abd Al Malik (2) Affaire (2) Afrique du Sud (2) Afro Rock and Psychedelia In 1970s Nigeria (2) Ali Farka Toure (2) Alma Afrobeat Ensemble (2) American Dad (2) Amerique du Sud (2) Andreya Triana (2) Anna Calvi (2) Antennasia (2) Aoki Takamasa (2) Arabes (2) Argentine (2) Arménie (2) Arthur H (2) Articque (2) Arts The Beatdoctor (2) Atlas (2) Attentat (2) Augustus Pablo (2) Australie (2) Azerbaïdjan (2) Bajka (2) Balkans (2) Banque mondiale (2) Beats Antique (2) Bim Sherman (2) Biélorussie (2) Bosnie (2) Brass Fusion (2) Brésil (2) Buddy Guy (2) Bugge Wesseltoft (2) CRIIRAD (2) Cambodge (2) Caucase (2) Centrafrique (2) Centz (2) Charles Bradley (2) Chimique (2) Chinese Man (2) Chypre (2) Cinematic (2) Cirkus (2) Classique (2) Clip Video (2) Cloud (2) CocoRosie (2) Collapse (2) Coltan (2) Coup d’Etat (2) Cubano (2) Céu (2) Côte d'Ivoire (2) DARPA (2) DJ Baku (2) DJ Cam (2) DJ Kentaro (2) DJ Vadim (2) DVD (2) Dark Days (2) Dark Jazz (2) Dark World (2) Deadbeat (2) Dechets (2) Dionysos (2) Disco-Restrospective (2) Discography (2) Dr. Quandary (2) Drive (2) Dub Colossus (2) Dustmotes (2) Défense (2) Déjà Mort (2) EDF (2) Earthling (2) Easy Star All-Stars (2) Electric Jazz (2) Electric Wire Hustle (2) Electroacoustic (2) Emeterians (2) Equateur (2) Erykah Badu (2) Espagne (2) Essential Killing (2) Ethiopique (2) Euforquestra (2) Extension (2) FEMA (2) Fat Jon and The Ample Soul Physician (2) Feist (2) Franklyn (2) French (2) Fun-da-mental (2) Funde (2) Funk Jazz (2) G8 (2) Genocide (2) Ghost in the Shell (2) Gitan Music (2) Goldman Sachs (2) Gonjasufi (2) Goran Bregovic (2) Grinderman (2) Guatemala (2) Guitar Heroes (2) Géorgie (2) H2Oil (2) HD (2) Hadouk Trio (2) Hanni El Khatib (2) Harry Brown (2) Hauschka (2) Hermitude (2) High Tone (2) Hilde Louise Asbjornsen (2) Hollie Cook (2) Howard Nishioka (2) Human Traffic (2) Ibrahim Electric Meets Ray Anderson (2) Ilya (2) Immortel (ad vitam) (2) Islande (2) JPT Scare Band (2) Jazz Funk (2) Jedi Mind Tricks (2) Jenova 7 (2) Jesus Camp (2) Johnny Clegg (2) Jose James (2) Katchafire (2) Keller Williams (2) Kemopetrol (2) Kenya (2) Kirghizistan (2) Kosovo (2) L'Exorciste (2) La Canaille (2) La Rumeur (2) La cité des enfants perdus (2) Lady Passion (2) Laïka (2) Le Chat Du Rabbin (2) Le Parasite (2) Lee Perry and The Upsetters (2) Left Lane Cruiser (2) Lendi Vexer (2) Les Fils De L'Homme (2) Little Axe (2) Loka (2) London (2) Lorn (2) Luis Delgado (2) Lura (2) Låt den rätte komma in (2) MORSE (2) Mafia (2) Marcus Miller (2) Matt Marshak (2) Mayotte (2) Mayra Andrade (2) Melingo (2) Mercan Dede (2) Merlyn Webber (2) Metal (2) Migration (2) Miles Davis (2) Mo'Kalamity and The Wizards (2) Molodoï (2) Mounira Mitchala (2) Mr.KiD (2) Même la pluie (2) Nation (2) News Games (2) Nicknack (2) Niger (2) Nina Simone (2) Nneka (2) Nobody (2) Nu-Classic (2) O.M.S (2) OGM (2) Obama (2) Oi (2) Oki Dub Ainu Band (2) Oligarchie (2) Omar Rodriguez Lopez (2) Oneyed Jack (2) Onra (2) Oppression (2) Orelha Negra (2) Original Soundtrack (2) Origine (2) Ouganda (2) Oxmo Puccino (2) Paolo Fresu (2) Paragay (2) Parlement (2) Patriot Act (2) Pentatones (2) Petropolis (2) Pink Floyd (2) Plantes (2) Politics (2) Polka Madre (2) Portishead (2) Post Punk (2) Project Mooncircle (2) ProleteR (2) Propagande (2) Psychedelic Rock (2) Psychill (2) Punk Rock (2) Pupajim (2) Racisme (2) Rage Against The Machine (2) Ragga Dancehall (2) Ralph Towner (2) Rapcore (2) Recherche (2) Rekevin (2) Renzu (2) Retraites (2) Rod Taylor (2) Roms (2) Rythm and Blues (2) Révolte (2) Sahara (2) Saison 6 (2) Samba (2) Scientist (2) Screenatorium (2) Scrimshire (2) Sepultura (2) Serbie (2) Serengeti (2) Seun Kuti (2) Sharon Jones and The Dap Kings (2) Shiina Ringo (2) Shiyugosha (2) Sister Fa (2) Sitar (2) Sizemen (2) Ska Cubano (2) Sly Johnson (2) Smooth Jazz (2) Soom T (2) Souad Massi (2) Soukous (2) Sound Of Rum (2) Sound Wave Pressure (2) Space (2) Speedometer (2) Staff Benda Bilili (2) Stoner Rock (2) Strategy (2) Submotion Orchestra (2) SuperHeavy (2) Surf (2) Sussan Deyhim (2) Sweet Smoke (2) Swift (2) Swollen Members (2) Syncopera (2) Tambien la Lluvia (2) Taïwan (2) Terumasa Hino Quintet (2) Thailande (2) The Animatrix (2) The Black Box Revelation (2) The Budos Band (2) The Dead Weather (2) The Deadbeats (2) The Ghost Writer (2) The Heavy (2) The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble (2) The Mops (2) The New Law (2) The Q4 (2) The Roots (2) Thea van Seijen (2) Third World (2) Tony Allen (2) Total (2) Trance (2) Trigg (2) Trio Chemirani (2) U.R.S.S (2) Uht° (2) Uranium (2) Utah Jazz (2) Vargo (2) Venezuela (2) WTO (2) Wackenhut (2) Winston McAnuff (2) Wu-Tang Clan (2) Yemen (2) Zambie (2) activisme (2) bilan (2) charbon (2) debt (2) dessous des cartes (2) developpement (2) diaspora (2) diplomatie (2) drogue (2) débat (2) délation (2) démographie (2) education (2) fanatism (2) featuring (2) fonds d'investissement (2) futur (2) industrie (2) jazztronic (2) loi Internet et Création loi Hadopi (2) medecine (2) mondial (2) musical (2) news (2) piratage (2) poison (2) prison (2) président (2) ressources (2) sensure (2) telephonie (2) thermophiles (2) villes (2) war (2) -123min (1) 003 (1) 07 2010 (1) 08001 (1) 1.0 (1) 1.4 (1) 1000names (1) 17 Hippies (1) 1945 (1) 1966 (1) 1973 (1) 1980 (1) 1999 (1) 2.38.0.1288 (1) 2000 (1) 2003 (1) 2005 (1) 21 Hertz (1) 23 (1) 23andMe (1) 24 Carat Black (1) 2econd Class Citizen (1) 3 Mother Funkers (1) 30[eks] (1) 3D (1) 3dfx (1) 3gd (1) 4 Hero (1) 40 Winks (1) 5150 Rue des Ormes (1) 5nizza (1) 8-Beats (1) 8-Bits (1) 813 (1) 9/11 (1) A Calm in the Fire of Dances (1) A Mediterranean Odyssey (1) A Scanner Darkly (1) A Single Man (1) A State Of Mind (1) A TelecomTV Campaign (1) A.M. Architect (1) A.S.M (1) A.Y.B Force (1) AC/DC (1) ACDC (1) AFP (1) AL-HACA (1) ALENA (1) AM And The UV (1) AM and Shawn Lee (1) AXMusique (1) AZUR Et ASMAR (1) Abandownware (1) Abastrctelectroclash (1) Abdeljalil Kodssi (1) Abidjan (1) Abjeez (1) Abstractelectroclash 3 (1) Abus (1) Access To Arasaka (1) Acid (1) Acid Techno (1) Action Bronson (1) Action discrète (1) Adrian Younge (1) Adventure (1) Aerosmith (1) Aes Dana (1) Aesop Rock (1) Aether (1) African (1) Africom (1) Afro Celt Sound System (1) Afro Elements (1) Afro-Cuban All Stars (1) Afro-Jazz-Funk (1) AfroCubism (1) Agent 5.1 (1) Agent Orange (1) Aggrovators (1) Agora (1) Ajami (1) Akalé Wubé (1) Akatsuki no hebi?) (1) Akira (1) Akira Kosemura (1) Akmusique (1) Al'Tarba (1) Alan Evans (1) Alarme Fatale (1) Albert Kuvezin and Yat-Kha (1) Alcione (1) Alecia Chakour andThe Osrah (1) Alela Diane (1) Alerta Kamarada (1) Alexander Borovik (1) Alexandrina (1) Alexis Korner (1) Alice Russell (1) Alice in Chains (1) Aligning Minds (1) Alimentarius (1) Almentaire (1) Aloo (1) Alternative Folk (1) Alternative Fusion World Music (1) Alton Ellis (1) Alva Noto And Ryuichi Sakamoto (1) Alvik (1) Amanda Ray (1) Ame ga kuru niji ga tatsu?) (1) Amnesty (1) Amos Lee (1) Amours Chiennes (1) Amparo Sanchez (1) Amreeka (1) Amérindiens (1) Ana Moura (1) Anais Mitchell (1) Anchorsong (1) Andra Dare (1) Andrea Dawson (1) Andrea Echeverri (1) Andrea Parker (1) Andrew J. and Kaltenecker (1) Andreya Triana feat Fink and Bonobo (1) Andy Bey (1) Ania (1) Anikina Kate (1) Anitek (1) Anjali (1) Anonymous (1) Another Day In Paradise (1) Anouk (1) Anoushka Shankar (1) Ansel Collins With Sly and Robbie (1) Anthony Joseph (1) Anti Virus (1) Antipop (1) Anuradha Pal's Stree Shakti (1) Apollo Cream (1) Apostle of Hustle (1) Apple Juice Kid (1) Aqua Velvets (1) Aquasky (1) Arabic Music (1) Aramaki (1) Archie Shepp (1) Archie Shepp et Gnawa Fire Music (1) Archive (1) Ariya Astrobeat Arkestra (1) ArmeFrance (1) Arnalds (1) Arrested Development (1) Arrietty le petit monde des chapardeurs (1) Arrogant (1) Art Blakey (1) Art Blakey and the Jazz Messengers (1) Artic Monkeys (1) Arts (1) As If (1) Asaf Avidan (1) Ashanti Brothers Band (1) Ashkhabad (1) Ashley (1) Asian Dub Foundation (1) Asile (1) Asobi Seksu (1) Assassin (1) Aston Barrett (1) Aswad (1) Atari Blitzkrieg (1) Atmosphere (1) Atmospheric (1) Au Loin (1) Audio (1) Audioclockers (1) Australia (1) Authist and Dub One (1) Author (1) Autodialogue à propos de New Babylon (1) Avalon Blues - A Tribute To The Music Of Mississippi John Hurt (1) Avant Garde (1) Avida (1) Awards (1) Aynur (1) Ayo (1) Azam Ali (1) Aziza Mustafa Zadeh (1) Azymuth (1) B.R.I.C (1) BASM Conférence de Dublin Le texte du futur Traité adopté (1) BCE (1) BOSS THE MC (1) Baba Zula (1) Babe Ruth (1) Babel (FR) (1) Babyhead (1) Babylon Burning Radi0.1 Project X-002 (1) Babylon Burning Radi0.1 Project X-005 (1) Babylon Circus (1) Babylon District (1) Background Radiation (1) Badbadnotgood (1) Badi Assad (1) Bahamas (1) Bajinda Behind The Enemy Lines (1) Balkan Beat Box (1) Banda Bassotti (1) Banda Olifante (1) Bangladesh (1) Banlieue Rouge (1) Bantu (1) Bark (1) Barlow (1) Baron Black (1) Barrington Levy (1) Barry Adamson (1) Batlik (1) Batman Begins (1) Batman Year One (1) Battle For Haditha (1) Bayer (1) Beast (1) Beautiful Killing Machine (1) Bebo Best and Super Lounge Orchestra (1) Bebop (1) Becaye Aw (1) Bei Bei (1) Bei Bei and Shawn Lee (1) Belgique (1) Ben Frost (1) Ben Sharpa (1) Beneva Vs. Clark Nova (1) Benjamin Zephaniah (1) Bennie Green (1) Benny Golson (1) Bentzon Brotherhood (1) Berlin 1885 la ruée sur l'Afrique (1) Berlusconi (1) Bernadette Seacrest (1) Berry Weight (1) Bettye Lavette (1) Bhoutan (1) Bi Kidude (1) Bibi Tanga And The Selenites (1) Bic (1) Big Boss Man (1) Big Fox (1) Big Sam's Funky Nation (1) Bike for Three (1) Bilderberg 2008 (1) Bill Frisell And Vinicius Cantuaria (1) Bill Gates Rockefeller Svalbard (1) Bill Plympton (1) Billie Holiday (1) Billy Boyo (1) Bin-Jip (1) Bio Carburants (1) Bioethique (1) Biopic (1) Biotope (1) Birds (1) Biri Biri (1) Bitches (1) Bitstream Dream (1) Bjork (1) Björk (1) Blacanblus (1) Black Chow (1) Black Dub (1) Black Grass (1) Black Hat (1) Black Heart Procession (1) Black Joe Lewis (1) Black Menu (1) Black Roots (1) Black Sifichi (1) Black and White Blues 2 (1) Blackwater (1) Blade Runner (1) Blaya Dub Playa (1) Blazo (1) Blockboy (1) Blossom (1) Blu and Exile (1) Blue King Brown (1) Blue Note (1) Blue Soul Caravan (1) Bluetech (1) Bob Corritore (1) Bob Marley (1) Bobby Vince Paunetto (1) Bogatzke (1) Bomb (1) Bomba Estereo (1) Bombay Dub Orchestra (1) Bonnie (1) Boogie El Aceitoso (1) Booker T. Jones (1) Boom Bip (1) Boom Devil (1) Bossa Nostra (1) Bossasonic (1) Botnet (1) Boy Is Fiction (1) Boyd Lee Dunlop (1) Brassroots (1) Breaks (1) Breaks Co-Op (1) Brenda Boykin (1) Brijbushan Kabra (1) Briskey (1) Brzowski (1) Buck 65 (1) Buckshot (1) BudaMunk (1) Buddy Miles (1) Buena Vista Social Club Presents (1) Buff Roshi (1) Bulimic Orgy (1) Bullhead (1) Bullion (1) Bumcello (1) Bun (1) Burhan Ocal and The Trakya All Stars (1) Burkina Electric (1) Burkina Faso (1) Burning Spear (1) Burnt Friedman (1) Burnt Friedman and Jaki Liebezeit (1) Burnt Friedman and The Nu Dub Players (1) Buscemi (1) Bustle and Out (1) C'est arrivé près de chez Vous (1) CCleaner (1) CEA (1) CETA (1) CFR (1) CNT (1) COMMENT) SUPREMATIE DE L'INFORMATION (1) CONSPIRATION - LE BRESIL DE LULA (1) CONTROLE TOTAL (1) CPI (1) CRO-MAGNON (1) CRU (1) CUG (1) CW Stoneking (1) Cabiria (1) Cachemire (1) Cacique'97 (1) Caits Meissner (1) Cake (1) Calle 54 (1) Calypso (1) Calypso Rose (1) Camera City (1) Camille Bazbaz (1) Cancer (1) Candy Dulfer (1) Cane And Able (1) Cap-Vert (1) Capitaine Crochet (1) Capsula (1) Carla Morrison (1) Carles Benavent and Josemi Carmona (1) Carlos Dingo (1) Carmen Consoli (1) Carolina Chocolate Drops (1) Cas Haley (1) Cashback (1) Cassandra Wilson (1) Catherine Russell (1) Celso Salim (1) Cesaria Evora (1) Chali 2na (1) Champeta criolla and afro roots in colombia (1) Chandeen (1) Charlie Winston (1) Chico And Rita (1) Chico Freeman (1) Chicuelo (1) Chikita Violenta (1) Child miners (1) Chk Chk Chk (1) Choc Quib Town (1) Choc Stars (1) Chrisette Michele (1) Christian Scott (1) Chrome (1) Chromeo (1) Chucho Valdes (1) Cidade de Deus (1) Cimarons (1) Cimarrón Joropo (1) Cisjordanie (1) Citoyenneté (1) City (1) City Boys Band (1) Claire (1) Clarence Reid (1) Clearstream (1) Clelia Vega (1) Clichés de Soirée (1) Clinton Fearon and Boogie Brown Band (1) Club Des Belugas (1) Club de Paris (1) Clutchy Hopkins (1) Cnil (1) Cochemea Gastelum (1) Coco and the Bean (1) Cocoon (1) Codex (1) Cold Wave (1) Coldcut (1) Coldreavers (1) Collapse Under The Empire (1) Collection (1) Colombia (1) Combat Wombat (1) Combattre les mines et les BASM (1) Command and Conquer: Generals Zero Hour (1) Commission (1) Commix (1) Common (1) Complète (1) Concha Buika (1) Consortium (1) Contemporary (1) Contrôle maximum sur tout le spectre électromagnétique (1) Coova and Bud Melvin (1) Coração Brasileiro (1) Corey Harris (1) Corruption des syndicats l’enquête qui dérange (1) Cors Bros Prod (1) Corée (1) Costa Rica (1) Costo Rico (1) Count Five (1) Course (1) Cousin Joe (1) Cowboy Junkies (1) Cream (1) Crimson House Blues (1) Criolo (1) Crise à la Banque mondiale et au FMI (1) Cronicas (1) Crooklyn Dub Outernational - Certified Dope 4 Babylon's Burning (1) Cuba (1) Cuban jazz (1) Culture (1) Cumbia (1) Curtis Mayfield (1) Cuthead (1) Cyesm (1) Cypress Hill (1) Côte d’Ivoire (1) C’est quoi une bonne nouvelle (1) D.O. Misiani and Shirati Jazz (1) DJ Baku Hybrid Dharma Band (1) DJ Food (1) DJ Muggs Vs. Ill Bill (1) DJ Oil (1) DJ Phixion (1) DJ Q (1) DJ Shadow (1) DJ Shadow - The Less You Know (1) DNA (1) DRC Music (1) DSTR / deStar (1) Da Cruz (1) Da Grassroots (1) Da Lata (1) Dadaab (1) Dadawah (1) Dadub (1) Daipivo (1) Dakhla Festival (1) Dakta (1) Dale Cooper Quartet and The Dictaphones (1) Damian Marley (1) Damon Albarn (1) Danay Suarez (1) Dancefloor Burning (1) Dancehal (1) Danger Mouse (1) Dani Ites (1) Danny Balint (1) Dare mo shiranai (1) Dark Folk (1) Dark Wave (1) Darker Than Blue :Soul from Jamdown (1) Dasha and Vörse (1) Daughter Darling (1) Dave (1) Dave Barker meets the Upsetters (1) Dave Mason (1) Dave and Ansel Collins (1) David Grissom (1) David Hillyard and the Rocksteady 7 (1) David Solid Gould vs. Bill Laswell (1) Davie Allan (1) Davos (1) Day of the Woman (1) De l'autre côté (1) De l’explosion urbaine au bidonville global (1) Dead Can Dance (1) Dead Combo (1) Death Metal (1) Debauche (1) Debelle (1) Deborah Coleman (1) Deckard (1) Deep Island (1) Defense (1) Degiheugi (1) Del Jones (1) Dennis Alcapone (1) Dennis Coffey (1) Derrick Hart (1) Derrick Morgan (1) Deru (1) Desechos (1) Desert Rebel (1) Desolate (1) Dessa (1) Detektivbyrån (1) Dextro (1) Dezarie (1) Di Melo (1) Diana Krall (1) Diesler (1) Digital Alkemist (1) Dilemma (1) Dillinger (1) Dinner at the Thompson's (1) Dionne Bromfield (1) Diplo and Tony Tripledouble (1) Dire Straits (1) Direct Download (1) Dirtmusic (1) Dirty Projectors (1) Dirty Three (1) Disrupt (1) Dizzie Gillespie (1) Dj Krush feat Rino (1) Dj Zedvantz (1) Dobacaracol (1) Docta (1) Doctor Flake (1) Doctor Noodle (1) Documentaire : No es un Joc ( Ce n'est pas un Jeu ) (1) Dog Pound (1) Doha (1) Dol-lop (1) Don't Look Back (1) Donald + Lulu With The Wailers (1) Doris Duke (1) Dorleac (1) Dot Allison (1) Dr. John (1) Dr. John and The Lower 911 (1) Dreas (1) Drum n' Bass (1) Drydeck (1) Dtracks (1) Dub Addict Sound System (1) Dub Ainu Deluxe (1) Dub Echoes (1) Dub Incorporation (1) Dub One (1) Dub Orchestra (1) Dub Pistols (1) Dub Stories (1) Dub Terror (1) Dub World (1) Dubaï (1) Dubkasm (1) Dublicator (1) Duoud (1) Duquende (1) Dynamic Syncopation (1) Déchets (1) E. Shawn Qaissaunee (1) EFSA (1) ELENA (1) EN-KI (1) Earl Hooker (1) Earth and Stone (1) Easy Listening (1) Easy Stars All Stars (1) Ebo Taylor (1) Echobox (1) Echoton (1) Ecole (1) Ecoterrorisme (1) Ecuador - The Rumble in the Jungle (1) Edamame (1) Eddie Harris (1) Edison (1) Eglise (1) Egypt 80 (1) Ejigayehu Gigi Shibabaw (1) Ekova (1) El Combolinga (1) El Creepo (1) El Gran Silencio (1) El Michels Affair (1) El Puchero Del Hortelano (1) El Son No Ha Muerto (1) El Tumbao de Juana (1) Electro Abstract (1) Electro Ambient (1) Electro Funk (1) Electro Swing (1) Electronic Jazz (1) Electronica (1) Elekidz (1) Elenika (1) Elephant Man (1) Ella Fitzgerald (1) Elsiane (1) Emancipator (1) Embargo (1) Emilie (1) Emilie Lund (1) Emilie Simon (1) Emily Wells (1) Emirats (1) End (1) Engine (1) Enquête en forêt tropicale (1) Ensemble Montreal Tango (1) Enter The Void (1) Entre Les Murs (1) Entretien avec un vampire (1) Epouvante (1) Eric Lau (1) Eric Sardinas (1) Erik Jackson (1) Erik Truffaz New York Chamonix Project (1) Erkan Ogur and Djivan Gasparyan (1) Erotique (1) Erreurs statistiques de la Banque mondiale en Chine : 200 millions de pauvres en plus (1) Escaso Aporte (1) Eskorzo (1) Esne Beltza (1) Espace (1) Esthero (1) Ethio-Jazz (1) Ethno (1) Eurosatory (1) Exposé sur le nouveau mode actuel de répression politique en France (1) Ezra (1) F.M.I Finances Mondiale Immorale (1) FAO (1) FARC (1) FREDO FAYA (1) Fabulous Trobadors (1) Face Candy (1) Factor (1) Faiz Ali Faiz (1) Family Guy (1) Fan Shi Qi 范世琪 Meng Jing 梦境 (1) Fanny Beriaux (1) Fantastic Mr. Fox (1) Fast Food Nation (1) Fat Freddy's Drop (1) Fat Jon The Ample Soul Physician (1) Fatien (1) Fatoumata Diawara (1) Felon (1) Femi Kuti (1) Festen (1) Festival in the desert (1) Fetsum (1) Fighting (1) Fil Rouge (1) Final Fantasy (1) Fineprint (1) Fink (1) Firefox (1) Fishtank Ensemble (1) Five Alarm Funk (1) Five Phases Of The Noom (1) Flashback (1) Fleet Foxes (1) Florence Joelle's Kiss of Fire (1) Flowering Inferno (1) Fluxion (1) Fly Russia (1) FlyKKiller (1) Flyers (1) Foday Musa Suso (1) Folksafari (1) Foret (1) Forum social mondial FSM Belém (1) Frameworkmx (1) Franc Maçon (1) France-Afrique (1) Francisco Aguabella (1) Franco and l'OK Jazz (1) Francois Peglau (1) Fred Locks (1) Fred Mcdowell (1) Fred Yaddaden (1) Freddie Cruger (1) Freddie McKay (1) Free The Robots (1) Free concert in Paris (1) Frenic (1) Friends (1) FrnzFrnz (1) Fude no umi?) (1) Fugis (1) Fujitsu (1) Full (1) Full dub (1) Fumitake Tamura (1) Fun Da Mental (1) Funkessencia (1) Funki Porcini (1) Fusion (1) Fuzz and Mac (1) Féfé (1) Fügu (1) G20 (1) Gabon (1) Gabrielle (1) Gahan (1) Galactic (1) Ganpuku ganka?) (1) Garnet Mimms (1) Gary Moore (1) Gasland (1) Gasoline (1) Gazoduc (1) Gazprom (1) General Elektriks (1) George Allison (1) George Hirota (1) Georges Brassens (1) Georgia Anne Muldrow (1) Geral Gradwohl Trio (1) Germany (1) Geskia (1) Gestion (1) Getachew Mekuria (1) Getatchew Mekuria (1) Getatchew Mekuria and The Ex (1) Ghalia Benali and Timnaa (1) Ghana (1) Ghost In The Shell Solid State Society (1) Ghostface And Raekwon (1) Ghostpoet (1) Gigi (1) Gil Scott Heron (1) Gilles Peterson (1) Ginkgo Biloba (1) Girls In America (1) Gizelle Smith and the Mighty Mocambo (1) Glary Utilities (1) Glen Brown (1) Glen Porter (1) Glith Hop (1) Gnats (1) Gnola Blues Band (1) Goldfrapp (1) Golfe Du Mexique (1) Gomorra (1) Gone (1) Gonja (1) Google Cisco HP Ericsson et Verizon (1) Gospel (1) Gothic Rock (1) Gotye (1) Grace Jones (1) Grace Potter and the Nocturnals (1) Graciela Maria (1) Grails (1) Graphic (1) Greenhouse (Blueprint And Illogic ) (1) Greenpeace (1) Gregory Isaacs (1) Groovedown (1) Groundation (1) Groundhogs (1) Grunge (1) Guachupe (1) Guano Padano (1) Guante and Big Cats (1) Guantánamo (1) Guaraní (1) Guerre d’Algérie 1954-1962 (1) Guerrilleroz (1) Guests (1) Guinée (1) Guitar Hero (1) Guitoud (1) Génocide (1) Génome (1) Général Dub (1) Géographies des alimentations (1) Géoingénierie (1) H1N1 (1) HAARP (1) HIGhMas (1) HP (1) HaBanot Nechama (1) Hacienda (1) Hackers ni dieu ni maître (1) Hair High (1) Hamza El Din (1) Handsome Boy Modeling School (1) Hard Bop (1) Hard Candy (1) Hariprasad Chaurasia (1) Harlem Underground Band (1) Harry Belafonte (1) Haru to usobuku?) (1) Haruka Nakamura (1) Haytham Safia (1) Hazard (1) Hazmat Modine (1) HeRajiKa Tracks (1) Healer Selecta (1) Heather Moran (1) Heavy Metal (1) Hedgehog (1) Heights of Abraham (1) Helmet (1) Henry's Funeral Shoe (1) Her Yes Men (1) Hidden Orchestra (1) High Places (1) High Tone meets Brain Damage (1) Highlife (1) Hijas de Zion (1) Hint (1) Hiromi (1) Hitoyo bashi?) (1) Hokidoki and Brakkbacda (1) Hola A Todo El Mundo (1) Holdcut (1) Hollande (1) Holly Golightly and The Brokeoffs (1) Hologram Dagger (1) Home Dulce Hogar (1) Homelife (1) Homeworld 2 (1) Horace Andy (1) Horace Silver (1) Horiso (1) Hosting (1) Hot Shots (1) Hotel Of The Laughing Tree (1) Hotel Sahara (1) House (1) How to Destroy Angels (1) Hugh Mundell (1) Hugo Kant (1) Hugo Race (1) Human Spirit (1) HumanIDub (1) Hus (1) Husky Rescue (1) Huun Huur Tu and Carmen Rizzo (1) Hyperwords (1) I Am The Media (1) I Love Democracy (1) I Monster (1) I.D.M (1) I.K. Dairo (M.B.E) (1) IBM (1) INTERNET (QUI (1) IPRED (1) IamOMNI (1) Ian Brown (1) Iara Behs (1) Ibuki Yushi (1) Ichiro (1) Iggy Pop (1) Igor Boxx (1) Igor Markevitch (1) Ijahman Levi (1) Illogic (1) Imiter (1) Imperial Tiger Orchestra (1) In the Loop (1) In the mood for love (1) Incognito (1) Indian (1) Indian Music (1) Indiens (1) Indigenous Resistance (1) Indigo Jam Unit (1) Indus (1) Industrial Breakbeat (1) Industry (1) Inga Liljeström (1) Ingrid Chavez (1) Innocence (1) Input and Broken (1) Insertion (1) Instrumental Jazz Hip Hop (1) Instrumental Rock (1) Interactivo (1) Interface (1) Introducing Townes Van Zandt Via the Great Unknown (1) Irakare (1) Irish Music (1) Irlande (1) Iro Haarla Quintet (1) Ishi (1) Isiah Mentor (1) Island (1) Israel Vibration (1) Issa Bagayogo (1) Istanbul Blues Kumpanyasi (1) Italia (1) J-Boogies Dubtronic Science (1) J.O (1) J.Period (1) JPOP (1) Jackie Mittoo (1) Jacob Miller (1) Jacuzzi Project (1) Jade (1) Jah Wobble and the Nippon Dub Ensemble (1) Jahtarian Dubbers (1) Jamaaladeen Tacuma and The Roots (1) Jamaica to Toronto (1) James Blake (1) James Brown (1) James Carr (1) James Leg (1) James Vincent McMorrow (1) Janelle Monae (1) January 25ers (1) JaredH (1) Jarring Effects (1) Java (1) Jazz Funk Soul (1) Jean Grae (1) Jean Ziegler (1) Jerry Jones (1) Jesca Hoop (1) Jesse Futerman (1) Jesse Sykes and The Sweet Hereafter's (1) Jhelisa (1) Jiko-Nafissatu Njaay (1) Jimi Hendrix (1) Jimmy Cliff (1) Jimmy Smith Trio (1) Jneiro Jarel (1) Joan As Police Woman (1) Joanne Shaw Taylor (1) Joe Pass (1) Joe Satriani (1) Joe Strummer (1) Joe White (1) John Coltrane with The Red Garland Trio (1) John Doherty (1) John Frusciante (1) John Legend and The Roots (1) John Mayer (1) John Zorn (1) Johnny Clarke (1) Johnny Osbourne (1) Joke (1) Joker's Daughter (1) Jolea (1) Josh White (1) José James (1) Ju-Ar (1) Juan Carlos Cacérès (1) Julee Cruise (1) Julian Marley and The Uprising (1) Jul|lo (1) Junior Kelly (1) Junior Parker (1) Junior Reid (1) Junior Soul (1) Juniper (1) Jupiter's Dance (1) Justice System (1) Juçara Marçal e Thiago França (1) Jóhann Jóhannsson (1) K Os (1) K'Naan (1) K-S.H.E (1) KRS-One (1) KTU (1) KYSEA (1) Kabanjak (1) Kaboom (1) Kafele (1) Kagarino kō?) (1) Kago no naka?) (1) Kaiti Kink Ensemble (1) Kaleta and Zozo Afrobeat (1) Kalpataru Tree (1) Kaly Live Dub (1) Kalya Scintilla (1) Kammerflimmer Kollektief (1) Kampec Dolores (1) Kang Eun Il (1) Kanka (1) Karachi (1) Karimouche (1) Karkwa (1) Karmuazine (1) Kartick And Gotam (1) Karukaya Makoto (1) Kazutoki Umezu (1) Kelin (1) Ken Boothe (1) Kentaro (1) KesakoO (1) Khaled Aljaramani (1) Khoe-Wa (1) Kid Called Computer (1) Kid Congo and The Pink Monkey Birds (1) Kid Loco (1) Kiko Dinucci (1) Kimono (1) King Django Quintet (1) King Khan (1) King Medallion vs. Arch Angel (1) King Tubby (1) King Tubby And The Aggrovators (1) Kings of Leon (1) Kinny (1) Kitty Hoff and Forêt-Noire (1) Kno (1) Ko-No-Michi (1) Kodo (1) Kokoda le 39ème bataillon (1) Kokolo (1) Komla Mc (1) Koon Denpa (1) Koop (1) Kortatu (1) Kotoja (1) Kouyaté-Neerman (1) Kozak94 (1) Kristuit Salu vs. Morris Nightingale (1) Kronos Quartet (1) Kuba (1) Kusa o fumu oto?) (1) Kyp Malone (1) L and CHEESE with MR. MOODS (1) L'Armée des douze singes (1) L'Homme sans âge (1) L'Imaginarium du Docteur Parnassus (1) L'Oniraunote (1) L'Or bleu (1) L'esprit des plantes (1) L'instinct de la musique (1) L.U.C FEAT. URSZULA DUDZIAK (1) LR-60 (1) La Bête Humaine (1) La Caravane Electro (1) La Caravane Passe (1) La Caution (1) La Cherga (1) La Cité de Dieu (1) La Commission européenne lance un programme de propagande radio (1) La Démocratie en France 2008 (1) La Fin du Pétrole (1) La Kinky Beat (1) La Légende de Beowulf (1) La Main Gauche (1) La Merditude Des Choses (1) La Paz (1) La Phaze (1) La Rue Ketanou (1) La Stratégie du choc (1) La Tordue (1) La Trahison des médias le dessous des cartes (1) La domination masculine (1) La fin de la propriété de soi (1) La grande route des requins marteaux (1) La guerre de l'information utilise des opérations psychologiques agressives (1) La guerre invisible (1) La guerre pétrolière oubliée du Soudan (1) La menace iranienne (1) La quatrième révolution (1) La sagesse des crocodiles (1) La vie des autres (1) Laab (1) Laetitia Sheriff (1) Laila Angell (1) Laino (1) Lakmi et Boomy (1) Land Of Kush's Egyptian Light Orchestra (1) Laos (1) Laura Vane And The Vipertones (1) Laurel Aitken (1) Lauryn Hill (1) Le Peuple Des Océans (1) Le Peuple de l’Herbe (1) Le Secret des Sept Soeurs (1) Le Syndrome du Titanic (1) Le Tableau (1) Le Tombeau des lucioles (1) Le Tone (1) Le club des incorruptibles (1) Le grand Monopoly du gaz (1) Le grand marché des cobayes humains (1) Le monde fabuleux des éponges (1) Le mystère du manuscrit de Voynich (1) Le nuage (1) Le temps des mensonges (1) Le vin et la science (1) Led Zeppelin (1) Lee Fields (1) Lee Fields and The Expressions (1) Lee Perry (1) Lee Scratch Perry (1) Leena Shamamian (1) Lena (1) Lengualerta (1) Lennie Hibbert (1) Lenny Harold (1) Leonard Cohen (1) Les Armées Privées dans la Cible (1) Les Chemins de la liberté (1) Les Créatures De L'esprit (1) Les Guignols de l Info (1) Les Hurlements d'Léo (1) Les Kamale (1) Les Marches du Pouvoir (1) Les Occidentaux dénient que la Géorgie a procédé à un génocide (1) Les Sept Jours du Talion (1) Les Skalopes (1) Les enfants des rues de Mumbai (1) Les insurgés de la terre (1) Les origines du langage (1) Leslie West (1) Lettres d'Iwo Jima (1) Lettuce (1) Leviev (1) Lin Hai (1) Linton Kwesi Johnson (1) Linval Thompson (1) Lion Turf (1) Lion Zion (1) Lip (1) Liquid Spirits (1) Lisa Ono (1) Lisbeth Scott (1) Little Barrie (1) Little Dragon (1) Littérature (1) Liz Green (1) Lizz Fields (1) Lloyd Miller (1) Lloyd Miller and The Heliocentrics (1) Lo'Jo (1) Logorama (1) Londres (1) Lonnie Mack (1) Loolacoma (1) Los Amigos Invisibles (1) Los Cojolites (1) Los Guanabana (1) Los Ministers del Ronsteady (1) Los Miticos Del Ritmo (1) Los Skarnales (1) Los Tres Puntos (1) Los Umbanda (1) Lost In Translation (1) Lotus (1) Love Day Quartet (1) Low (1) Low Fidelity Jet Set Orchestra (1) Low In The Sky (1) Lowb (1) Lucas Santtana (1) Lucky Elephant (1) Ludwik Ludwikzon Orkestra (1) Lulu Rouge (1) Lunatic Calm (1) Lund Quartet (1) Luísa Maita (1) Lydia Lunch (1) Lydia Lunch and Big Sexy Noise (1) Lymbyc Systym (1) Lyrics Born (1) Lyricson (1) MACACO (1) MC Esoteric (1) MDC (1) MGT (1) MSF (1) Mabataki (1) Mabuta no hikari?) (1) Maceo Parker (1) Machine Head (1) Macy Gray (1) Mad Doctor X (1) Made In Groland (1) Mademoiselle K (1) Mafia Trece (1) Maga Bo (1) Maghreb (1) Magic Sam (1) Magic Slim (1) Magical Power Mako (1) Mahsa and Marjan Vahdat (1) Makura kōji?) (1) Mala Rodriguez (1) Malaisie (1) Malediction (1) Malia (1) Malika Madremana (1) Mammuth (1) Manille (1) Manu Katché (1) Manuel El Guajiro Mirabal (1) Manutension (1) Marcia Ball (1) Marcia Griffiths (1) Marconi Union (1) Marge (1) Margeaux Lampley (1) Margie Evans (1) Maria De Barros (1) Marie-Louise Munck (1) Mark Knopfler (1) Mark de Clive-Lowe (1) Markey Funk (1) Markus Kienzl (1) Maroquinerie (1) Marsmobil (1) Martin Campbell (1) Martin L. Gore (1) Martina Topley-Bird (1) Marujita (1) Marwan Abado (1) Mary Anne Hobbs (1) Mass Of The Fermenting Dregs (1) MassMirror (1) Massive Attack (1) Math Jazz (1) Matryoshka (1) Matt Elliott (1) Matthew Shipp (1) Mauresca Fracas Dub (1) Mauritanie (1) Mavis (1) Max Tannone (1) Maya Solovéy (1) Mañana Me Chanto (1) Mdungu (1) Medcament (1) Medi (1) Megakey (1) Megaupload (1) Meitz (1) Melifaroh (1) Melina Kana (1) Melina Kana and Ashkhabad (1) Melissa Laveaux (1) Memories of Murder (1) Mentz (1) Merlune (1) Meschiya Lake and the Little Big Horns (1) Meta (1) Metastaz (1) Method Man (1) Method Of Defiance (1) Metric (1) Mezei-Bakos-Mezei (1) Micatone (1) Michael Carvin (1) Michael Jackson (1) Michael Kiwanuka (1) Michael Prophet (1) Michel Camilo (1) Michel Muller (1) Michigan and Smiley (1) Michiko to Hatchin - 01 vostfr - Adieu paradis insensible (1) Michiko to Hatchin - 02 vostfr - Délicieuse hors la loi (1) Michiko to Hatchin - 03 vostfr - Comme une bille de flipper désespérée (1) Michiko to Hatchin - 04 vostfr - Le chat errant de la Voie Lactée (1) Michiko to Hatchin - 05 vostfr - La nostalgie des imbéciles (partie 1) (1) Michiko to Hatchin - 06 vostfr - La nostalgie des imbéciles (partie 2) (1) Michiko to Hatchin - 07 vostfr - La monotonie de la pluie (1) Michiko to Hatchin - 08 vostfr - Le jeu fatal des musiques noires (1) Michiko to Hatchin - 09 vostfr - La fille passionnée du Chocolate (1) Michiko to Hatchin - 10 vostfr - Le carnaval des hyènes (1) Michiko to Hatchin - 11 vostfr - Point de départ de la tempête (1) Michiko to Hatchin - 12 vostfr - Purgatoire télépathique à 108° "108°C of Telepathic Purgatory" (Telepatia a 108°C no Purgatório) "Jigoku 108°C no ter (1) Michiko to Hatchin - 13 vostfr - Le poisson rouge du marais "Goldfish Bog" (Peixe Dourado do Brejo) "Doronuma no gōrudofisshu" (泥沼のゴールドフィッシュ) (1) Michiko to Hatchin - 14 vostfr - L’audace du coureur explosif "Reckless and Explosive Runner" (Ousadia do Corredor Explosivo) "Meichirazu no bōhatsu (1) Michiko to Hatchin - 15 vostfr - Graffiti dessiné en vain "Aimless Graffiti" (Grafite Desenhada em Vão) "Itazura ni gurafuti" (いたずらにグラフティ) (1) Michiko to Hatchin - 16 vostfr - Une étude en rouge infidèle "Crimson Faithless Etude" (A Vermelha Descrendice) "Makka na fujitsu no echūdo" (まっ赤な不実の (1) Michiko to Hatchin - 17 vostfr - Festin sanglant. L’opéra crève-cœur "Bloodfest The Heart-Pounding Opera" (Tonelada de Sangue A Ópera que Mexe no Co (1) Michiko to Hatchin - 18 vostfr - Samba hors de contrôle "Fool's Ballistic Samba" (O Tolo que Avança como uma Bomba Sambista) "Akantare no dandō sanba" (1) Michiko to Hatchin - 19 vostfr - L’agaçant papillon noir "Irritating Dark Butterfly" (Irritante Borboleta que Interrompe a Luz) "Hagayui shakō no bat (1) Michiko to Hatchin - 21 vostfr - Dernière valse hors-saison "Off-Season Last Waltz" (A Última Valsa que Florece Enlouquecida) "Kurui saki rasutowarut (1) Michiko to Hatchin - 22 vostfr - Va de l’avant "Run with It" (Corra Simplesmente como se Deve Correr) "Ari no mama de hashire" (ありのままで走れ) (1) Mickey Green (1) Middle Class Rut (1) Midnight Club 2 (1) Midnite Fith Son (1) Midori (1) Midori no za?) (1) Mig (1) Miguel Poveda (1) Mikkim (1) Mikromusic (1) Mikuś (1) Mil (1) Mile (1) Miles Davis and Bill Laswell (1) Minimalism (1) Minorité nationale (1) Mirel Wagner (1) Miroslav Tadic (1) Miss Muffin (1) Misty (1) Mladie (1) Mo Kalamity (1) Mobster (1) Moby (1) Moca (1) Mocha Lab (1) Mod-folk (1) Modules (1) Mogadiscio (1) Mohamed Kouyou (1) Mokhov (1) Molecule (1) Momo (1) Monde (1) Money (1) Mongolie (1) Monokle and Galun (1) Mononome (1) Monophonics (1) Monsanto (1) Monsieur Dubois (1) Monta At Odds (1) Moon (1) Moonraker (1) Moraito Chico (1) Morcheeba (1) More Relation (1) Moremoney (1) Morning Dew (1) Morriarchi (1) Mortal Kombat 4 (1) Morwell Unlimited Meet King Tubby (1) Mory Kante (1) Mos Dub (1) Mosanto (1) Mose Allison (1) Moshi Moshi Nu Sounds From Japan (1) Moteur (1) Mother (1) Moto (1) Moto Racer 2 (1) Mourah (1) Moving forward (1) Mozambique (1) Mo’town Junkie (1) Mp3 (1) Mr Mamadou (1) Mr Nobody (1) Mr Tchang and The Texas Sluts (1) Mr. Moods and Emily Jane Carmen (1) Mr. Moods meets Tack-Fu (1) Mr. President (1) Mr. Something Something (1) Mugison (1) Mukta (1) Multiupload (1) Mummer (1) Munk (1) Murat Aydemir (1) Murat Aydemir and Salih Bilgin (1) Murcof (1) Mururoa (1) Muse (1) Mushishi - 01 vostfr - Un monde au naturel (緑の座 (1) Mushishi - 02 vostfr - Clarté sous les yeux clos (瞼の光 (1) Mushishi - 03 vostfr - Tendres cornes (柔らかい角 (1) Mushishi - 04 vostfr - Le chemin de l'oreiller (枕小路 (1) Mushishi - 05 vostfr - Le marais vagabond (旅をする沼 (1) Mushishi - 06 vostfr - Le troupeau qui boit la rosée (露を吸う群 (1) Mushishi - 07 vostfr - La pluie tombe (1) Mushishi - 08 vostfr - Depuis le rivage (海境より (1) Mushishi - 09 vostfr - Une lourde graine (重い実 (1) Mushishi - 10 vostfr - Du blanc dans la pierre à encre (硯に棲む白 (1) Mushishi - 11 vostfr - La montagne dormante (やまねむる (1) Mushishi - 12 vostfr - Le poisson borgne (眇の魚 (1) Mushishi - 13 vostfr - Pont d'une nuit (一夜橋 (1) Mushishi - 14 vostfr - À l'intérieur de la cage (籠のなか (1) Mushishi - 15 vostfr - Printemps secret (春と嘯く (1) Mushishi - 16 vostfr - Le serpent de l'aube (暁の蛇 (1) Mushishi - 17 vostfr - La récolte des cocons vides (虚繭取 (1) Mushishi - 18 vostfr - Le vêtement qui enveloppe la montagne (山抱く衣 (1) Mushishi - 19 vostfr - Le fil des cieux (天辺の糸 (1) Mushishi - 20 vostfr - Une mer de pinceaux (筆の海 (1) Mushishi - 21 vostfr - Les spores de coton (綿胞子 (1) Mushishi - 22 vostfr - Le temple au milieu de la mer (沖つ宮 (1) Mushishi - 23 vostfr - Le son de la rouille (錆の鳴く聲 (1) Mushishi - 24 vostfr - En route vers le champ du feu de joie (篝野行 (1) Mushishi - 25 vostfr - Œil chanceux (1) Mushishi - 26 vostfr - Le son des pas sur l'herbe (草を踏む音 (1) Music From South India (1) Musique (1) Mustard Plug (1) Mute Beat (1) Muyayo Rif (1) My Automata (1) Myspace Zone (1) Mzai (1) Mzekezeke (1) N (1) NATO (1) NED (1) NSA (1) Nabh24 (1) Nahuatl Sound System (1) Naive Diver (1) Najwa Gibran (1) Nancy Dupree (1) Naoki Kenji (1) Naomi (1) Naono (1) Naphtaline Orchestra (1) Napoleon Maddox rend hommage à Nina Simone (1) Narc (1) Narcotic Fields (1) Naruyoshi Kikuchi Dub Sextet (1) Nas (1) Nathalie Handal with Will Soliman (1) Natiruts (Live) (1) Natty (1) Nazis (1) Nazisme (1) Negusa (1) Nelli Rees (1) Nelly McKay (1) Neo Conservateurs (1) Neo Roots (1) Neo Tango (1) Neo-Classic (1) Nes (1) Nestlé (1) Neurasja (1) New Primitives (1) New Super Mario Bros. U (1) New Tango Orquesta (1) Nguyen Le (1) Niazura (1) Nicaragua (1) Nick Cave and Warren Ellis (1) Nick Rivera (1) Nicola Conte (1) Nicolay with The Hot At Nights (1) Nighthawks (1) Nightmare on Wax (1) Nightmares On Wax (1) Nihon (1) Nikki Yanofsky (1) Nikonn (1) Nils Frahm (1) Ninja Tune (1) Nintendo (1) Niominka Bi and Ndiaxas Band (1) Niteffect (1) Nizetch Hifi Outernational Season II (1) No Blues (1) No Country for Old Men (1) No One Is Innocent (1) NoJazz (1) Noa (1) Noah D (1) Noam (1) Nobody Knows (1) Nocow (1) Noir Désir (1) Noise Rock (1) Noiseshaper (1) Nomak (1) Non Dolet (1) Non Herrmutt Lobby (1) Norah Jones (1) Nortec Collective (1) Nosfell (1) Nostalgia 77 (1) Notre poison quotidien (1) Nottango (1) Nouvelle Zelande (1) Nova Tunes (1) Nova classics 01 (1) Nu-Roots (1) Nuage Mortel (1) Nujabes (1) Numaads (1) Number One du Senegal (1) Nuru Kane (1) Näo (1) Néo-Classical (1) O+S (1) O-Rynn (1) O.G.M ?? Vous avez dit O.G.M : Organisation Générale du Mensonge (1) O.N.O (1) OFCE (1) Obsidian Blue (1) Ocoeur (1) Oddworld Abe's Oddysee (1) Oh Land (1) OiO (1) Ojos De Brujo (1) Oki (1) Okitsu-miya?) (1) Oktawia Kawecka (1) Oku (1) Omar Perry (1) Omar Sosa (1) Omara Portuondo (1) Omer Avital (1) Omoi mi?) (1) On Ka'a Davis with Famous Original Djuke Music Players (1) Ondubground (1) Open Mike Eagle (1) Open Range (1) Opiuo (1) Orange (1) Orchestre Baobab (1) Organ (1) Origins of Guitar Music in Southern Congo and Northern Zambia (1) Orishas Across The Ocean (1) Ormuz (1) Orquesta Típica Fernández Fierro (1) Other (1) Other Weapons (1) Otis Grove (1) Otis Taylor (1) Oumou Sangare (1) Ouïgours (1) Owiny Sigoma Band (1) Oye Primate (1) Ozi Batla (1) P2 (1) PFL (1) PIPA (1) Paco (1) Padmo (1) Palanca (1) Pale Moon (1) Pale Sketcher (1) Palenke Soultribe (1) Palenque Palenque (1) Palmacoco (1) Palo (1) Palov and Mishkin (1) PanDub Bear (1) Pancho Quinto (1) Paper (1) Paper Tiger (1) Papouasie (1) Paprika (1) Paradise Now (1) Paradox (1) Paraguay (1) Parov Stelar (1) Partho Das (1) Patates Rats (1) Pays Bas (1) Paysans (1) Peace One Day (1) Peace Orchestra (1) Peau (1) Pentagone (1) Pentagone: Nous devons combattre le Net (1) People Everyday (1) Pepe Deluxé (1) Pepil Pew (1) Peplum (1) Percussion (1) Perhttp://www.blogger.com/img/blank.gifte (1) Perte (1) Pertego (1) Peter Broggs (1) Peter Murphy (1) Peter Tosh (1) Pharaoh's Daughter (1) Phil Lesh (1) Philippines (1) Phillip Frazer (1) Phoebe Killdeer and the Short Straws (1) Photophob (1) Phtographe (1) Phutureprimitive (1) Pi (1) Pilöt (1) Pink Floyd Redux (1) Pink Turns Blue (1) Planet Asia and Madlib (1) Planète à vendre (1) Poetic (1) Poetry (1) Pogoiting with the froggs (1) Polynésie (1) Ponto de Equilibrio (1) Ponyo sur la falaise (1) Poodleplay Arkestra (1) Popa Chubby and Walter Trout Band (1) Port Royal (1) Portico Quartet (1) Portugal The Man (1) Power Pop (1) Prenium (1) President (1) Pretty Lights (1) Pretty Purdie (1) Prince (1) Prince Alla And Junior Ross (1) Prix agricoles les véritables raisons de l’inflation (1) Proem (1) Professor (1) Professor Psygrooves (1) Professor Wouassa (1) Project (1) Promo (1) Proper Vein (1) Prophesy (1) Prévisions (1) Prêt à jeter (1) Psapp (1) Psycatron (1) Psych Funk (1) Psych Funk Sa-Re-Ga (1) Psychedelic Country (1) Publicité (1) Pulshar (1) Pura Fé (1) Puseletso Seema (1) Pêche (1) QPE (1) QUOI (1) Qu'un seul tienne et les autres suivront (1) Quantic (1) Quantic and Alice Russell With The Combo Barbaro (1) Quantifier (1) Quasimode (1) Queen (1) Queens (1) Quelle devrait être la politique européenne de l'immigration (1) R.B (1) R.WAN (1) R;Zatz (1) RATP (1) RJD2 (1) RND (1) RPG (1) RZA (1) Raashan Ahmad (1) Rachael (1) Rachel Magoola (1) Rachel and The Soul Criminals (1) Racing (1) Radar Men From The Moon (1) Radi0.1 Pirates i Babylon Burning (1) Radikal Dub Kolektiv (1) Radikal Guru (1) Radio Citizen (1) Raging Blues (1) Raiz di Djarfogo (1) Rajaleidja (1) Rajery (1) Rango (1) Raphael Gualazzi (1) Rapport Angelides (1) Rare Groove Reggae Nova (1) Rare and Cheese (1) Ras Michael and Sons Negus (1) Ras Natty Baby (1) Raul Midon (1) Ravi Shankar (1) Raw Stiles (1) Ray Callao (1) Ray Charles and The Ray Charles Orchestra (1) Ray Harris (1) Raymonde et les Blancs Becs (1) Rcola (1) Recoil (1) Red Road (1) Reflection sur : Le monde de l'image (1) Regal (1) Reggae 8-Bits (1) Reggae Jazz (1) Regis Debray (1) Rekhmire (1) Remember Me (1) Remember Shakti (1) Rena Jones (1) Renaissance (1) Renske Taminiau (1) Requiem For A Dream (1) Requin (1) Retro (1) Reverend Tisley (1) Reverse Engineering (1) Revolutionary Brothers (1) Rhythm Rockers (1) Rhythm and Sound (1) Richard Bona (1) Richie Mac (1) Riddlore (1) Rigmor Gustafsson (1) Rim Banna (1) Rita Indiana y Los Misterios (1) Rob Sawyer (1) Rob Swift (1) Robert French Meets Anthony Johnson (1) Robert Glasper Experiment (1) Robert Randolph and The Family Band (1) Roberto Fonseca (1) Robin McKelle (1) Rod Piazza and the Mighty Flyers (1) Rodrigo Leão (1) Rogall (1) Rokia Traoré (1) Roma (1) Ronnie Foster (1) Root Soul (1) Roots (1) Roots Manuva Meets Wrong Tom (1) Roots Zombie (1) Ror Shak (1) Roudoudou (1) Roy 'Bubbles' Burrowes with Clifford Jordan and Charles Davis (1) Roy Ayers (1) Rub a Dub (1) Ruede Hagelstein and The Noblettes (1) Ruhnama (1) Rumer (1) Rundskop (1) Runga (1) Russendisko (1) Russian Red (1) Russkaja (1) Rwanda (1) Rx Bandits (1) Rxnde Akozta (1) Rykarda Parasol (1) Ryuichi Sakamoto (1) SE (1) SGT. (1) SOPA (1) SPA (1) STIC (1) Sa Dingding (1) Sabi no naku koe?) (1) Saez (1) Sagesse (1) Saison 5 (1) Salamat Nubiana (1) Salih Bilgin (1) Saltillo (1) Samon Kawamura (1) Samsara Blues Experiment (1) Samuel eLe Rumba (1) Samurai (1) Sandhy Sondoro (1) Sandra Nkake (1) Sans lutte pas de victoire possible (1) Sao Paulo is Burning (1) Sara Lugo (1) Sara Schiralli (1) Sarah Lee Guthrie and Johnny Irion (1) Sarah White (1) Saravah Soul (1) Sasha Sokol (1) Satanicpornocultshop (1) Satellites (1) Save The Green Planet (1) Savoir (1) Schiller (1) Schiste (1) Science Fiction Theater (1) Scoop (1) Scubaroots (1) Search (1) Seasick Steve (1) Seba (1) Sebastian Sturm (1) Secret Cinema (1) Seeda (1) Selah Sue (1) Semantic (1) Senegal (1) Sepiamusic (1) Sequence Theory Project (1) Serge Teyssot-Gay (1) Sergent Garcia (1) Sevara Nazarkhan (1) Sfonx (1) Shafiq Husayn (1) Shakatak (1) Shangai Nights (1) Shanghaï (1) Shapes And Sizes (1) Share (1) Sharon Sable (1) Shatter The Hotel (1) Shawn Lee (1) Shawn Lee's Incredible Tabla Band (1) Shawn Lee's Ping Pong Orchestra (1) Shelton (1) Shigeto (1) Shivkumar Sharma (1) Shooting Dogs (1) Short Film (1) Shrines (1) Shukar Collective (1) Shulman (1) Shuren The Fire (1) Siah and Yeshua DapoED (1) Sidi Touré (1) Sidsel Endresen (1) Sierra Leone Refugee (1) Sierra Leone's Refugee All Stars meet Dj Logic (1) Siggy Blooms (1) Signor Wolf (1) Silverman (1) Silverstreaks (1) SimCity 4 (1) Simon Joyner (1) Sin Nombre (1) Singapour (1) Sinto (1) Sinusoidal (1) Sir Jean (1) Siriusmo (1) Sissy (1) Sista Kat (1) Sizzla (1) Skalariak (1) Skalpel (1) Skaribas (1) Skeewiff (1) Skeletons (1) Skinny (1) Skipless (1) Skunk (1) Skunk Anansie (1) Skype (1) Skyrim (1) Slackeye Slim (1) Slava Grigoryan (1) Sleater-Kinney (1) Sleepy Sun (1) Slightly Stoopid (1) Slouch (1) Smokey Bandits (1) Smolik (1) Smoma (1) Snow and Voices (1) Soca (1) Socalled (1) Sodjul (1) Soema Montenegro (1) Sofrito (1) Soil and Pimp Sessions (1) Sol Simio (1) Sold Out Cyclone (1) Sole and The Skyrider Band (1) Solo Banton (1) Something Something Something Dark Side (1) Somi (1) Sonic Robo Blast 2 (1) Sonic Youth (1) Sonny Rollins (1) Sons (1) Sonya Spence (1) Sophie Barker (1) Sophie Zelmani (1) Sotu (1) Soudan (1) Soul Scream (1) Soulpersona (1) Soundpool (1) Spacek (1) Spacemonkeyz (1) Spangle Call Lilli Line (1) Sparklehorse (1) Spectateur (1) Speech (1) Spider (1) Spoek Mathambo (1) Sporto Kantes (1) Spuntic (1) Spy Dub (1) Sri Lanka Tsunami tourisme banque mondiale (1) Stand High Patrol (1) Stanley Brinks (1) Star Band de Dakar Vol.3 (1) Stateless (1) Station (1) Steel Pulse (1) Stefano Bollani (1) Stekri (1) Stellardrive (1) Stepniewska (1) Steppa (1) Steve Turré (1) Stiff (1) Stomu Yamash'ta (1) Stoned Soul Picnic (1) Stranded Horse (1) Stratfor (1) Streaming (1) Stress Assassin (1) Sub-Jazz (1) Subheim (1) Sudio (1) Sufi (1) Sugahspank (1) Sugame no uo?) (1) Sugarman 3 (1) Suisse (1) Summer Wars (1) Sun City Girls (1) Superpoze (1) Susana Rinaldi (1) Susumu Yokota (1) Sutrastore (1) Suuns (1) Suzuri ni sumu shiro?) (1) Svinkels (1) Sway (1) Sweetback (1) Sydney Rogers (1) Sylford Walker (1) Syreeta (1) Sénégal (1) T Mo (1) THC (1) TSCG (1) TV on the Radio (1) Tab and Anitek (1) Tabi o suru numa?) (1) Tahuna Breaks (1) Tail Dragger (1) Tail Dragger and His Chicago Blues Band (1) Taiwan (1) Takahiro Kido (1) Takako Minekawa (1) Talvin Singh (1) Tame Impala (1) Tape Five (1) Tara Jane O'Neil (1) Tara King Th. (1) Tara Priya (1) Tarika Blue (1) Tarmac (1) Tau ea Linare (1) Taxi Driver (1) Taylor Mcferrin (1) Tchad (1) Techno (1) Techno Dub (1) Teeko (1) TelDem Com'Unity (1) Telepathe (1) Teofilo Chantre (1) Teppen no ito?) (1) Terakaft (1) Terje Rypdal (1) Terrakota (1) Terre (1) Terre sous influence (1) Terri Lyne Carrington (1) Tetarise (1) Tha Blue Herb (1) The 39 Steps (1) The Abbasi Brothers (1) The Abyssinians (1) The Aggrolites (1) The Album Leaf (1) The Ambassadors Of Sorrow (1) The Arrows (1) The Asteroids Galaxy Tour (1) The Bahama Soul Club (1) The Bamboos (1) The Believer (1) The Black Angels (1) The Black Belles (1) The Black Dog (1) The Black Seeds (1) The Blood Of Heroes (1) The Blue Seeds (1) The Bombay Royale (1) The Brunettes (1) The Cancel (1) The Cat Empire (1) The Celebration (1) The Chaser (1) The Creations Steppers (1) The Dark City Sisters (1) The Devils Double (1) The Drastics (1) The Dreadnoughts (1) The Durutti Column (1) The Dust Brothers (1) The Dynamics (1) The Dø (1) The Eclips Band (1) The Ecstasy Of Saint Theresa (1) The Edge Of Heaven (1) The Elder Scrolls (1) The Eliminators (1) The Ex (1) The Excitements (1) The Fall (1) The Fountain (1) The Gaslamp Killer (1) The Gladiators (1) The Grassy Knoll (1) The Grateful Dead (1) The Haggis Horns (1) The Heptones (1) The Herbaliser (1) The Herbaliser Band (1) The House of Urban Grooves (1) The Hunter (1) The Hushpuppies (1) The Ides Of March (1) The Infesticons (1) The Kingstonians (1) The Last Drive (1) The Left (1) The Limits of Control (1) The Log.OS (1) The Lost Children Of Babylon (1) The Make Up (1) The Malex Kings (1) The Mannish Boys (1) The Michel Bisceglia Ensemble (1) The Mojos (1) The Motet (1) The Nels Cline Singers (1) The Nightwatchman (1) The Non (1) The Oscillation (1) The Palmero Surf Experience (1) The Pepper Pots (1) The Pioneers (1) The Prodigies (1) The Prodigy (1) The Quiet Nights Orchestra (1) The Red Earth Collective Ft Soothsayers Horns (1) The Reflections (1) The Road to Guantanamo (1) The Robert Cray Band (1) The Secret Whistle (1) The Shaolin Afronauts (1) The Shock Doctrine (1) The Simeons (1) The Skatalites meet King Tubby (1) The Soul Investigators (1) The Souljazz Orchestra (1) The Soultwisters (1) The Spasm Band (1) The Spirits Within (1) The Stance Brothers (1) The Starseeds (1) The Super Guitar Trio and Friends (1) The Tao Of Slick (1) The Teardrops (1) The Time And Space Machine (1) The Warrior Dubz (1) The Way Back (1) The White Stripes (1) The Wisdom of Crocodiles (1) The Wizards (1) The Wudos Band (1) The Yuval Ron Ensemble (1) The lookie loo's (1) Thee (1) Thievery Corporation (1) Third Eye Foundation (1) Third Person Lurkin (1) Thirdiq (1) This is England (1) Thomas Dutronc (1) Tied and Tickled Trio and Billy Hart (1) Tienanmen (1) Tijuana Cartel (1) Tim Hecker (1) Timber Timbre (1) Tinariwen (1) Tinavie (1) Tino Gonzalez andLos Reyes del K.O (1) Tipper (1) Tok Tok Tok (1) Tokyo Freeters (1) Tom Harrell (1) Tom Morello (1) Tommy Guerrero (1) Tony Mahoney (1) Tony Tuff (1) Toots and The Maytals (1) Touaregs (1) Toumani Diabate (1) Tracey Thorn (1) Tracing Arcs (1) Tracks (1) Trade - Les trafiquants de l'ombre (1) Traffic (1) Trash (1) Traveller (1) Travis Barker (1) Trebles and Blues (1) Trend Micro Housecall (1) Trent Reznor and Atticus Ross (1) Tricky (1) Trio Exklusiv (1) Trip-Hop (1) Triston Palmer (1) Trojan Reggae Rarities Box Set (1) Trombone Shorty (1) Tropa de Elite (1) Troupe d'Elite (1) Tsegué Maryam guèbrou (1) Tsunami Wazahari (1) Tsuyu o suu mure?) (1) Tune-Yards (1) Turkménistan (1) Tutu Puoane (1) Twin Muses (1) Two Fingers (1) Têtes Raides (1) U Brown (1) U Roy (1) U.A (1) UMP (1) Ugress (1) Uh Oh (1) Ukraine (1) Ulzhan (1) Umrao Jaan (1) Unasaka yori?) (1) Unbuntu (1) Unbuntu One (1) Undergang (1) Underground (1) Undermood (1) Une livraison de Nouvelles questions féministes (1) Union Africaine (1) United Kingdom (1) Unkle (1) Unplugged (1) Up (1) Upload (1) Upper (1) Uro mayu tori?) (1) Us3 (1) V.A - Afrika Underground (1) V.A Indestructible Beat of Soweto Vol.2 Thunder Before Dawn (1) V.I.C Sound (1) Vaccin (1) Vakill (1) Valse avec Bachir (1) Vampires (1) Veell (1) Veloce (1) Vibrations Reggae (1) Vicky Flint (1) Vie Privée (1) Viellesse (1) Vieux Farka Touré (1) Vincent Cheirezy (1) Viol (1) Violent Public Disorderaz (1) Violon (1) Virus Scan (1) Vitalic (1) Viva Tirado (1) Viêtnam (1) Vlatko Stefanovski (1) VoIP (1) Vol au-dessus d'un nid de coucou (1) Volcan (1) Volfoniq (1) Voo Voo and Haydamaky (1) Vu du ciel (1) W E E D (1) WU LYF (1) Waitapu (1) Waiwan (1) Walter Trout Band (1) Warren Haynes (1) Warrior King (1) Wata bōshi?) (1) Watch The Men Fall (1) Watcha Clan (1) Water makes money (1) Wavves (1) Wax Tailor (1) Wayne Gorbea Salsa Picante (1) Wayne Shorter (1) Web Browser (1) Webdocumentaire (1) Welton Irie (1) Western (1) Why (1) Wii U (1) William Parker (1) Willie Williams (1) Windows (1) Winston Mc Anuff and The Bazbaz Orchestra (1) Woima Collective (1) Wolf Myer Orchestra (1) Wolfgang Muthspiel (1) Wolfmother (1) Woodville (1) World Electronic (1) World Web War (1) Woven Hand (1) Wu Tang (1) X (1) X-Tribe (1) X-makeena (1) Xihilisk (1) Xploding Plastix (1) Y'akoto (1) YOU Dub I (1) Yael Naïm (1) Yakutsk (1) Yama idaku koromo?) (1) Yama nemuru?) (1) Yaoundé by night (1) Yawarakai tsuno?) (1) Yoanna (1) Yoko (1) Yonderboi (1) Yosebu (1) Youth In Dub (1) Yppah (1) Yuka Honda (1) Yuri Honing and Floris (1) Yuzo Koshiro (1) ZaZen (1) Zara McFarlane (1) Zeb (1) Zefs Chasing Cara (1) Zeitgeist (1) Zen RMX (1) Zeynep Karababa (1) Zhubin Kalhor and Bikramjit Singh (1) Zoi Tiganouria (1) Zoufris Maracas (1) Zouk (1) Zoë Keating (1) Zul (1) adaptation (1) add-ons (1) alex (1) animaux (1) anonymat (1) article (1) assurance (1) avocat (1) bactériologique (1) barrage (1) bauxite (1) bildenberg (1) biomimétisme (1) biotechnologie (1) boycott (1) business (1) caméra (1) chaleur (1) change (1) citizen berlusconi (1) civil (1) coke (1) congrès (1) coup d’État (1) c’est innover (1) dFAD3R (1) dead (1) discours (1) déchets toxiques (1) département (1) d’Amnesty (1) e (1) echoes (1) electronique (1) enseignement (1) estonie (1) etude (1) européen (1) eurosur (1) ex-Yougoslavie (1) experience (1) extreme droite (1) falsifiabilité et modèle standard de l'évolution stellaire (1) femmes (1) festival Temps d'Images (1) fiscal (1) froid (1) frontex (1) fête (1) gouvernance (1) graphisme (1) grève (1) harmaceutique (1) humain (1) iPhone (1) ilm (1) industrial (1) ingérance (1) jeu (1) jones (1) jugement (1) l'Oreal (1) l'arc-en-ciel nait (雨が来る虹がたつ (1) la Route du Rock (1) la tyrannie du cool (1) les ripoux (1) lithium (1) main basse sur le riz (1) mandat (1) mer (1) meu (1) minerais (1) misère (1) monnaie (1) monsters (1) muisc (1) mur (1) nGlide (1) obscurité (1) obsolescence (1) opinion (1) or (1) paradis fiscaux (1) patriotisme (1) peacock (1) planète (1) populisme (1) previsions (1) prostitution (1) protection des viols de brevets Google Cisco HP Ericsson Verizon (1) psychologie (1) rafale (1) rebellion (1) ressources naturelles (1) réunions secrètes UE OGM (1) salaires (1) saumon (1) société (1) sous-marin (1) structure (1) studio (1) taxe (1) terre rare (1) textile (1) the Fallen Men (1) the Flytones (1) the Fusion Experience (1) toxique (1) transgenic (1) tribute (1) un nouveau pacte (1) v3.11.1541 (1) vSquared (1) victimes (1) vidéo (1) vin (1) virus (1) vêtements (1) Élections (1) États-Unis (affaires extérieures) (1) Étienne Chouard (1) Ólafur (1) écologie (1) œil malchanceux (眼福眼禍 (1) 夜上海精選 (1)